Les vedettes de la série «Clash», présentée à VRAK. De gauche à droite : Alexandre Nachi, Ludivine Reding, Félix-Antoine Cantin, Rose-Marie Perreault et Alex Godbout.

«Clash»: fraîcheur et nouveaux visages

CHRONIQUE / Comment se relever d’un grave accident qui nous laisse de lourdes séquelles? Quatre jeunes autour de la vingtaine l’apprendront à la dure dans la nouvelle quotidienne «Clash», signée Martine D’Anjou et produite par Fabienne Larouche et Michel Trudeau. Quarante-huit épisodes totalisent la première saison, un défi pour VRAK, qui souhaite fidéliser son public de jeunes adultes.

L’action se situe en grande partie dans un centre de réadaptation pour patients ayant subi de graves traumatismes. Deux coéquipiers de soccer sont en fauteuil roulant après un accident de voiture, qui transportait aussi la blonde de l’un d’eux, sortie indemne. On passera la première partie de la saison à en apprendre au compte-gouttes sur ce qui s’est vraiment passé le soir où Robin (Alexandre Nachi) a perdu la maîtrise du véhicule et heurté une autre voiture, laissant son ami Christophe (Alex Godbout) handicapé comme lui. Dans le déni, celui-ci s’obstine néanmoins à s’inscrire à un camp d’entraînement de soccer, n’écoutant personne autour de lui.

Victime d’une agression qui lui a causé un AVC, David (Félix-Antoine Cantin) a depuis de gros problèmes d’élocution, une mémoire déficiente et se déplace difficilement. Plein d’humour malgré tout, il trouve tous les moyens pour se faire comprendre, armé de sa tablette électronique. Sa blonde Jessica l’aime tout autant qu’avant, et ce n’est pas de la pitié. Son prochain objectif : être capable d’uriner debout, ce qui constitue pour lui un défi important.

Mannequin qui a fait sa marque à l’étranger, Arielle (Rose-Marie Perreault) a été gravement brûlée durant une séance photos et garde d’importantes marques sur tout le corps, mais rien au visage. Prête à reprendre le boulot, elle doit porter des foulards qui cachent ses brûlures au cou. Mais on sent que le traumatisme a fait ses ravages, au point que le bruit d’un détecteur de fumée lui est insupportable. Elle refuse même de se laisser toucher par son propre amoureux, un acteur célèbre (Joey Scarpellino).

La série sera d’abord relayée en bloc de quatre épisodes sans publicité (ce qui totalise 84 minutes) à partir de samedi à Super Écran, dès 19h30, puis du lundi au jeudi à 19h30 sur VRAK, à compter du 5 novembre.

Beaucoup de fraîcheur et d’espoir émanent de cette série, malgré le sujet. Les jeunes acteurs sont tous très bons, et plusieurs sont de nouveaux visages, ce qui plaira à ceux qui trouvent qu’on voit toujours les mêmes. Coup de cœur pour Alexandre Nachi dans le rôle de Robin, qui joue aussi le jeune hurluberlu que Ricardo rencontre dans le train, dans le film 1991. On retrouve aussi deux vedettes de Fugueuse, Ludivine Reding, Fanny en personne, qui joue la blonde de Christophe, et Laurence Latreille (Ariane), dans le rôle de la blonde de David.

Dès les premiers épisodes, on s’attache à plusieurs personnages, un facteur important pour retenir le public. Heureux de revoir Chantal Fontaine dans un rôle aussi bienveillant que l’était Virginie, celui d’une travailleuse sociale au centre de réadaptation L’Atrium. La physiothérapeute jouée par Marie-Evelyne Lessard tient aussi un rôle important auprès des jeunes du centre. D’autres personnages se grefferont en cours de route, dont celui d’Élise, une personne sourde comme son interprète, Rosalie Taillefer-Simard, fille du célèbre couple. Puis, la mère d’Arielle, rôle tenu par Jacynthe René.

Les textes de Martine D’Anjou n’ont rien à voir avec sa précédente série, Sur-Vie, assez imbuvable. Cette fois, elle crée des personnages vivants et crédibles, qu’une amitié indéfectible finira par unir, et on a un réel plaisir à les connaître. Les parents, à qui on fait souvent jouer des rôles de soutien dans ce genre de série, sont ici très présents dans l’histoire et vecteurs d’action. La série porte aussi la signature des réalisateurs Simon Barrette et Danièle Méthot, qui ont entrepris le tournage deux semaines après avoir conclu celui de District 31.

C’est une première collaboration entre Aetios Productions et Bell Média. Si la série fonctionne bien, on pense déjà à une deuxième saison pour l’an prochain. Clash n’est pas une série jeunesse comme Watatatow ou Ramdam. On vise un peu plus vieux, comme veut le faire VRAK de plus en plus. Le diffuseur développe une autre série de fiction, dans le but de remplacer Le chalet, qui se conclura cet hiver avec une dernière saison.

Unité 9 à son plus bas

Dur début de saison pour Unité 9, qui a connu le plus bas score de son histoire mardi. La série est même passée sous le million, avec 989 000 irréductibles sur ICI Radio-Canada Télé, presque battue par O’ à TVA, qui en a rallié 922 000. À 21h, Faits divers a dû se contenter de 422 000 téléspectateurs, contre L’heure bleue, suivie par 871 000 fidèles. Seule à franchir le million mardi, District 31 domine encore le palmarès de la soirée avec un auditoire de 1222 000 téléspectateurs, contre 480 000 pour La magie des stars à TVA.

Caroline Gaudreault devient patronne à ICI Québec

La journaliste et ancienne chef d’antenne Caroline Gaudreault vient d’être nommée premier chef de l’information et de la programmation à Radio-Canada Québec. Elle succède à Véronique Lessard, elle-même nommée à la direction de la station. Caroline Gaudreault est une figure connue du public, pour avoir animé les bulletins de nouvelles de TVA et de Radio-Canada. Dans les dernières années, elle occupait le poste de chef de pupitre à la radio et au Web.