Après 14 saisons, le jeu de Patrice L’Ecuyer attire encore en moyenne 451 000 fidèles, en semaine à 19h sur ICI Radio-Canada Télé.

C’est la fin des «Squelettes dans le placard»

CHRONIQUE / Après 14 saisons à l’antenne, «Des squelettes dans le placard» tirera sa révérence à la fin de l’été, me souffle-t-on à l’oreille. En ondes 20 semaines par année, le jeu de Patrice L’Ecuyer attire encore en moyenne 451 000 fidèles, en semaine à 19h sur ICI Radio-Canada Télé.

La direction a pris cette décision avec la «volonté de renouveler la grille après 14 ans», me dit-on aux communications. Rares sont les jeux à avoir tenu l’antenne aussi longtemps. Michel Chamberland, qui coproduisait l’émission avec Christiane Rivard, n’est pas peu fier de cette longévité; après avoir produit 2194 émissions de L’union fait la force, aussi animée par L’Ecuyer, Des squelettes dans le placard s’arrêtera au bout de la 1094e émission, ce qui équivaut à 3282 véritables squelettes!

M. Chamberland, qui produit l’émission depuis ses débuts, n’est pas amer de cette décision. «C’est tout à fait légitime de laisser la place à d’autres», dit-il, heureux que l’émission quitte en récoltant encore de si bons auditoires. Chose certaine, ce n’est pas parce qu’on est arrivé au bout des squelettes dans les placards des vedettes qu’on met fin à l’émission. «Au contraire, nous avions de plus en plus de facilité à convaincre nos invités. Au début, ils racontaient surtout des squelettes de jeunesse, mais plus les années passaient, plus ils en racontaient des très récents», raconte le producteur, qui insistait pour que la production reçoive chaque saison 15 à 20 % de nouvelles têtes. À l’inverse, certains invités n’ont pas manqué une seule saison.

Dérivée des Détecteurs de mensonges, Des squelettes dans le placard est arrivée à l’été 2006, en même temps que La petite séduction de Dany Turcotte, qu’on a débranchée il y a deux ans. Radio-Canada voulait alors prolonger L’union fait la force durant tout l’été, mais les producteurs craignaient qu’on brûle le concept. C’est là que Jean-Claude Lespérance a initié les Squelettes et confié le concept à Yves Taschereau, le père des Détecteurs de mensonges. À partir de quatre squelettes, dont un squelette fantôme, le public en studio devait associer chaque secret embarrassant à une vedette invitée. Sylvie Léonard, Christian Bégin et Didier Lucien avaient inauguré le jeu, pas évident à comprendre au départ.

La fin de cette aventure signe aussi le temps de la retraite pour Michel Chamberland, après plus de 40 ans de carrière dans les médias, dont sept comme vice-président programmation à TVA, années durant lesquelles il a notamment lancé Salut bonjour. Après quoi il a inauguré le Canal Évasion puis fondé sa boîte de production, Télé-Génik. Auparavant, M. Chamberland a œuvré à Télémédia et aux variétés de Radio-Canada, entre autres. À 69 ans, il souhaite maintenant s’accorder du bon temps avec le sentiment du devoir accompli. L’homme de télé a de bons gènes : son père a l’âge vénérable de 98 ans.

Le tournage des Squelettes a pris fin pour de bon mardi dernier. La dernière sera diffusée le 5 septembre. La direction de Radio-Canada a testé une nouvelle formule de jeu en semaine à 17h30 avec Pierre-Yves Lord, Mémorable!, qui se termine vendredi, mais qui est passée plutôt inaperçue. Patrice L’Ecuyer reprend quant à lui l’animation de Silence, on joue! dès septembre.

Mégantic par Philippe Falardeau

Philippe Falardeau prépare une série documentaire sur les origines de la tragédie de Lac-Mégantic, à partir de l’essai intitulé Mégantic. Une tragédie annoncée, signé Anne-Marie Saint-Cerny.

Trio Orange produira l’adaptation télévisuelle de ce livre construit comme un polar, et se déclinant en trois parties — avant, pendant et après.

Aucun diffuseur n’est encore annoncé. «Mégantic était une catastrophe prévisible et annoncée. Pire, elle va se reproduire. Il faut refuser de se faire dire qu’il s’agissait d’un accident causé par des erreurs individuelles», a confié le réalisateur de Monsieur Lazhar par voie de communiqué.