Richard Séguin termine la tournée du spectacle Les horizons nouveaux chez lui, à Saint-Venant-de-Paquette. Le tour de chant, salué par les critiques autant que par le public, est l'activité de financement principale des Amis du patrimoine de Saint-Venant, cette année.

Retour heureux à Saint-Venant

Après plus de 70 représentations données aux quatre coins de la province, Richard Séguin s'apprête à boucler la tournée de son spectacle Les horizons nouveaux.
Avant de poser sa guitare, et avant son show aux FrancoFolies de Montréal, il s'arrête chez lui, à Saint-Venant, samedi prochain (10 juin), pour un spectacle-bénéfice au profit des Amis du patrimoine de Saint-Venant.
« On a donné la première représentation ici, note l'auteur-compositeur-interprète. Y revenir, c'est une belle façon de mettre un point à la tournée. »
Une tournée qui a fait grand bruit et qui s'est attirée de bien beaux mots.
Critiques autant que public ont salué, unanimes, la beauté de cet énième tour de chant. On pourrait imager en disant qu'un souffle fort gonflait les voiles du projet musical.
« Il y a des fois où tout se place... »
Ces fois-là, la symbiose avec les musiciens et avec le public est là, presque tangible, presque palpable.
Samedi prochain, le chanteur espère une salle pleine. Au bouchon.
« Parce que le spectacle-bénéfice est l'activité de financement principale du Sentier et de tout ce qui l'entoure, celle qui assure le bon roulement des activités estivales. »
Des images, de l'espoir
Sur scène, il sera entouré de ses complices de tournée, Simon Godin, Myelle, Hugo Perreault. Le spectacle sera le même que celui présenté dans de plus grandes salles. Avec les toiles sur lesquelles défilent les images pensées pour chaque composition.
« Chacune a son tableau visuel, son univers. Il faut dire que cet album-là a été très agréable à traduire sur planches. Il est beaucoup question d'espoir dans les chansons. Et l'espoir a pas mal de terrains vacants. On a tout squatté! », dit l'auteur-compositeur-interprète en riant.
En a résulté un spectacle qui fait du bien. Un spectacle où la profondeur s'ancre dans la légèreté. Un spectacle porteur.
Comme ce qui s'est créé au fil du temps à Saint-Venant.
La force de la collectivité est au coeur des projets nourris par les citoyens du hameau. Le leitmotiv de la petite communauté dit tout : « Un village qui renonce à renoncer. » Le « ensemble » y est un épicentre autant qu'un moteur.
« Et Richard Séguin est un formidable rassembleur, il est d'une grande générosité », insiste Sylvie Cholette, directrice générale des Amis du patrimoine de Saint-Venant.
« Le bien commun, le travail et l'esprit de groupe, la solidarité, je trouve tout ça essentiel. Il y a quelque chose qui fait du bien dans cette façon de voir, note Séguin. On est bien à donner, à accomplir des gestes avec d'autres. C'est peut-être le réel magnifié. Tellement de choses peuvent nous décourager... Moi, je crois beaucoup à l'action. À ce que peuvent les petits gestes qui s'additionnent. »
Et qui se multiplient.
« Chacun peut faire une différence dans son milieu. Il y a dans le microcosme une force incroyable qui se déploie. »
Surtout quand ce microcosme se met à rayonner ailleurs. Le Sentier poétique de Saint-Venant, par exemple, a inspiré d'autres initiatives, ailleurs dans la province. Et pas que dans les villages. Une année, entre autres, des autobus de Montréal se baladaient en ville avec des poèmes sur leur carrosserie.
« Le partage d'idées, les bons coups qui font du chemin ailleurs, tout ça est rempli de sens. »
Et de promesses.