Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Robert Ingari se réjouit de la tenue de l’École d’été en chant choral et de la présentation du concert final, Retour à la lumière, devant des spectateurs.
Robert Ingari se réjouit de la tenue de l’École d’été en chant choral et de la présentation du concert final, Retour à la lumière, devant des spectateurs.

Retour à la lumière : un premier spectacle de chant choral

Émilie Pinard-Fontaine
Émilie Pinard-Fontaine
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Sherbrooke — La 21e édition de l’École de chant choral s’amorce ce samedi à l’Université de Sherbrooke (UdeS). Cette semaine de chants et d’apprentissages pour les étudiants à la maîtrise en direction chorale permettra au public sherbrookois d’assister à trois représentations de chant choral, dont une en salle, une première au Canada depuis plus de 15 mois.

« Ça va super bien, le chant choral à l’Université de Sherbrooke. Alors qu’en Ontario, depuis le début de la pandémie, ils n’ont pas le droit d’ouvrir leur bouche. Donc, c’est beaucoup d’émotions parce que le chant choral est encore un peu en mode éteint dans plusieurs parties du monde », s’exclame Robert Ingari, professeur titulaire à l’École de musique de l’UdeS et chef de chœur. 

Inscrite dans le cadre de la maîtrise en direction chorale, l’École d’été de chant choral est un stage intensif d’une semaine lors duquel ont lieu des répétitions et des ateliers de direction chorale.

« C’est une formation musicale qu’on suit toute la semaine. Ce n’est pas juste du chant, c’est beaucoup de techniques. Il y a des ateliers de technique vocale pour les chefs de chœur et il y a des conférences aussi », précise-t-il.

Pour cette 21e édition, l’École d’été est composée de 15 chefs de chœur de la maîtrise en direction chorale ainsi que de 13 choristes chevronnés provenant de plusieurs régions du Québec.

« Je ne peux même pas exprimer le bonheur que j’ai [à l’idée de tenir l’École d’été]. Je suis heureux pour tout ce qui est spirituel et musical, mais je suis heureux aussi juste sur le plan pratique, parce qu’à un moment donné, on commence à cumuler tellement de choses en retard qu’on ne sait plus quoi faire avec », confie-t-il.

La cohorte 2021 présentera, à la fin de la semaine, deux concerts au grand public : un récital en diffusion sur Twitch le 2 juillet, dirigé par les 15 chefs de chœur en formation, ainsi qu’un concert-gala présenté le 3 juillet à la salle Maurice-O’Bready du Centre culturel de l’UdeS.

Catherine Elvira Chartier

« C’est la fin d’une grosse année, d’un gros processus, et on se libère un peu. Le programme principal de chant choral cette année, c’est Retour à la lumière. Donc les textes de toutes les œuvres que je vais diriger le 3 juillet portent un peu sur la lumière, le positivisme. Ce sont vraiment de super-beaux textes profanes et sacrés. C’est un programme fait pour vraiment donner un peu d’espoir à tout le monde », exprime le chef de chœur. 

Les billets pour le concert-gala sont en vente dès maintenant à la billetterie du Centre Culturel de l’UdeS au coût de 10 $.

Rare collaboration

Un second récital, Souvenirs d’un paysage, donné par Catherine Elvira Chartier, soprano, et Carmen Picard, pianiste, sera aussi proposé gratuitement sur la plateforme Twitch le lundi 28 juin. Le cycle en douze mouvements a été composé par Robert Ingari lui-même.

« Catherine Elvira Chartier m’a toujours demandé de lui écrire quelque chose. Je n’ai jamais eu le temps. Mais on était tous un peu perdu au mois d’avril 2020 et j’ai dit : si tu veux vraiment que je compose pour toi, c’est maintenant ou jamais ! Parce que j’ai le temps, j’ai l’envie, je suis emprisonné chez nous comme tout le monde et je souhaite me plonger dans un projet créatif », explique-t-il.