Les Correspondances d’Eastman ont dévoilé leur 17e programmation en présence de Christian Bégin, porte-parole officiel de l’événement, Véronique Grenier, autrice, Sonia Sarfati, porte-parole jeunesse, et de l’auteur Biz.

Rendez-vous autour du ravissement aux Correspondances d'Eastman

En présence des porte-paroles Christian Bégin et Sonia Sarfati, les Correspondances d’Eastman dévoilaient, mardi, la programmation de leur 17e édition, qui se déroulera du 8 au 11 août autour du thème du ravissement.

Le festival accueillera ainsi des invités qui discuteront, entre autres, du ravissement d’un autre genre, des paradoxes du ravissement et des géographies du ravissement.

« Le ravissement est une expérience qui est assez commune, mais en même temps, elle est très difficile à décrire. Les auteurs qu’on a invités cet été vont nous faire explorer cette expérience étrange du ravissement. Cet état qui fait qu’on est présent mais absent à la fois. Par exemple quand on ouvre un livre et qu’on est complètement happé par celui-ci. On peut vivre cette même expérience quand on voit une toile, on regarde un film ou on visite une exposition », souligne le directeur de la programmation, Étienne Beaulieu.

Plus d’une cinquantaine d’activités, dont plusieurs incluses avec le stylo-passeport, devraient plaire à toute la famille : ateliers d’écriture, grandes entrevues, cafés littéraires, animations jeunesse et spectacles.

Pour le porte-parole Christian Bégin, les correspondances ont pris une signification toute particulière récemment.

« La vie m’a enlevé mon père et ma mère au cours de la dernière année. J’ai eu l’impression qu’on m’avait dépossédé d’une partie de mon histoire. En faisant le ménage de la maison familiale, mon frère et moi sommes tombés sur une immense malle qui contenait une centaine de lettres. Des lettres qui dataient de l’époque où mon père était marin, donc souvent absent, et que mes parents étaient très amoureux. Et c’est comme si, tout à coup, en lisant ces lettres écrites par mes parents, on m’avait redonné une partie de mon histoire », a raconté le comédien et animateur qui participera à un coquetel littéraire avec Kim Thúy et à une lecture de la correspondance entre Albert Camus et Maria Casares avec la poète Véronique Grenier, dans le spectacle L’amour fou au temps des catastrophes.

Parmi les autres activités à surveiller, les grandes entrevues avec Biz et Arlette Cousture, animées par Dominic Tardif et Marie-France Bazzo, et les mises en lecture par Marie-Thérèse Fortin, sans oublier le brunch littéraire avec Jean-Paul Daoust.

Les Correspondances d’Eastman ont dévoilé leur 17e programmation en présence de Marie Robert, présidente du conseil d’administration, Sonia Sarfati, porte-parole jeunesse, Christian Bégin, porte-parole officiel de l’événement, et Étienne Beaulieu, directeur de la programmation.

La poésie sera également mise de l’avant avec Joséphine Bacon, Michael Trahan, Jean-Christophe Réhel et David Goudreault, pour ne nommer que ceux-ci.

La programmation en salle au Cabaret Eastman inclut la présentation du spectacle Chroniques d’un cœur vintage, né des collaborations de l’actrice Émilie Bibeau à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! Salomé Leclerc et Lou-Adriane Cassidy viendront également présenter leurs plus récents albums.

Le volet jeunesse grandit et se trouve une mère

Sonia Sarfati est honorée d’être la première porte-parole du volet jeunesse qui grandit depuis six ans aux Correspondances d’Eastman.

« Je suis ravie. En tant qu’auteure jeunesse, la littérature jeunesse est extrêmement importante pour moi. Je sais l’impact que les livres ont eu dans ma vie lorsque j’étais enfant et c’est pour ouvrir cette porte aux jeunes que je continue à écrire », a noté l’autrice d’une cinquantaine de livres jeunesse.

Mme Sarfati, qui possède une petite maison jaune à proximité d’Eastman, croit que la région est un jardin d’auteurs. « On a mentionné qu’il y avait beaucoup d’auteurs qui vivaient dans les alentours. Je crois qu’il y a un croisement de lignes d’inspiration dans la région, car quand j’écris dans ma petite maison jaune, je suis plus inspirée, j’écris plus longtemps et j’écris mieux », confie-t-elle.

Un jeudi Estrie

« Le jeudi est consacré aux écrivains de l’Estrie, autant le café littéraire que la grande entrevue. Et croyez-moi, il y a une longue liste de candidats pour participer à ce jeudi, parce qu’il y a énormément d’écrivains en Estrie qui ont des œuvres de grandes qualités. Je crois qu’il n’est plus exagéré de dire que la région est devenue une destination littéraire. Les Correspondances d’Eastman sont là pour le prouver », conclut le directeur de la programmation, M. Beaulieu.

Par ailleurs, le concours de l’Interlettre, se déroulant du 28 mai au 22 juillet 2019, invite le public à écrire un texte sur le thème du ravissement. Les textes retenus seront présentés par le jury lors de la cérémonie de clôture du festival. Les auteurs Michel Tremblay, Arlette Cousture et Véronique Drouin, les trois jurés qui sélectionneront les meilleures lettres, n’ont pas besoin de présentation. Un Grand Prix de 500 $ sera remis à la meilleure lettre de la part de la Fabrique culturelle. Rythme FM offrira également un prix du public et le prix Coup de cœur Rythme. Il s’agit d’un forfait au Manoir Hovey.

Encore cette année, papier à lettres, enveloppe, lieux inspirants seront offerts aux visiteurs qui pourront mettre à la poste gratuitement leurs missives.

Les billets et les forfaits sont en ventes au bureau des Correspondances d’Eastman, en personne ou par téléphone (il y a une ligne sans frais pour les gens de l’extérieur), et sont offerts également en ligne (lescorrespondances.ca ou lescorrespondances.tuxedobillet.com).