« Notre projet se veut un produit d’appel permanent, diffuseur de culture et non une attraction d’un jour ou d’un week-end. Il s’intègre dans l’orientation de l’espace culturel du quartier Alexandre et met en valeur le terrain de l’ancienne voie ferrée », a expliqué aux élus le porte-parole de Quartier Alexandre, François Choinière, pendant la période de questions du conseil municipal de lundi.

Quartier Alexandre veut créer une galerie d’art à ciel ouvert

L’organisme Quartier Alexandre souhaite construire une galerie d’art à ciel ouvert sur une portion de l’ancienne voie ferrée désaffectée située entre la rue Saint-Thomas, perpendiculaire à la rue Alexandre, et la piste cyclable qui se rend au marché de la Gare.  

« Notre projet se veut un produit d’appel permanent, diffuseur de culture et non une attraction d’un jour ou d’un week-end. Il s’intègre dans l’orientation de l’espace culturel du quartier Alexandre et met en valeur le terrain de l’ancienne voie ferrée », a expliqué aux élus le porte-parole de l’organisme, François Choinière, pendant la période de questions du conseil municipal de lundi.

La galerie d’art serait construite dans des conteneurs maritimes. Les créations d’artistes en art visuel et d’artisans des métiers d’art pourraient s’y retrouver. 

« Le tronçon de la voie ferrée près de la rue Alexandre fait l’objet d’un moratoire par le ministère des Transports du Québec, mais celui-ci termine le 31 mars 2020. Cette section ne sera d’aucune utilité pour le transport ferroviaire et sera probablement remise à la Ville de Sherbrooke », estime M. Choinière.

Selon ce dernier, l’aménagement de cette galerie d’art coûterait 75 000 $. Le projet ne nécessiterait pas le démantèlement de la voie ferrée ni de décontamination du terrain. Une campagne de socio financement devrait être mise sur pied bientôt. La Ville pourrait également être sollicitée pour participer financièrement au projet. 

« Projet intéressant »

La conseillère du district du Lac-des-Nations, Chantal L’Espérance, voit d’un bon œil le projet de l’organisme Quartier Alexandre. 

« C’est un souci que j’ai, de redonner à la rue Alexandre qui a perdu dans les dernières années. Le projet de l’organisme est intéressant et on se doit de supporter des initiatives comme ça pour que les gens retrouvent l’envie d’aller sur la rue Alexandre », commente Mme L’Espérance, qui se dit prête à discuter du projet avec des représentants de l’organisme.

Selon la conseillère, l’initiative de Quartier Alexandre n’est pas sans rappeler le projet du Sherbrookois Olivier Ross qui souhaite depuis quelques années convertir l’ancien pont ferroviaire qui traverse la rivière Saint-François à la hauteur de la rue du Fédéral en pont cyclable. Et plus récemment, le projet Parcours présenté par Destination Sherbrooke pousse l’idée un peu plus loin avec une passerelle pour piétons au même endroit.

« Les planètes semblent s’aligner, croit Mme L’Espérance. Loin d’être en compétition l’un contre l’autre, je crois que ces projets s’harmonisent bien. Ils sont complémentaires l’un à l’autre et rajoutent un effet wow! »