Le Moulin Bernier avec sa nouvelle passerelle qui mène de l’étage à la rue principale, à Courcelles. À l’avant-plan, les rails destinés au nouveau caboose, en attente de rénovation.

Quand la culture atténue les divisions

Bénévole de toujours au Moulin Bernier de Courcelles, Guy Baron, mémoire vivante de ce moulin, a écrit récemment : « Entre Beauce et Estrie, entre la MRC du Granit et celle de Beauce-Sartigan, en plein centre d’un triangle comprenant au nord Thetford-les-Mines, à l’est Saint-Georges-de-Beauce et au sud Lac-Mégantic, Courcelles et sa région, la Haute-Beauce, sont l’objet de bien des incompréhensions qui nuisent à un mieux-vivre ensemble. »

Un texte d’introduction d’allure réaliste, mais intrigant... Ce village a toujours fasciné par sa situation géographique, aux confins de trois régions, ayant depuis toujours l’air de se chercher, avec la volonté d’être ailleurs. Comme si Courcelles n’était pas tout à fait en Estrie, parce que trop beauceron, ni vraiment dans la Beauce, parce qu’un peu estrien, ni dans la région de l’Amiante ni dans Chaudière-Appalaches. Au centre de nulle part, diraient certains. Mais Courcelles n’est pas sur une autre planète non plus.

« Courcelles, pour moi, c’est le nombril du monde! À 50 km de Thetford, 50 km de Saint-Georges et 50 km de Lac-Mégantic. Comme sur une frontière multiple… L’ancien conseil municipal voulait passer de la MRC du Granit à celle de Beauce-Sud. Lors du référendum sur la question, près de 90 pour cent des Courcellois ont accepté le changement, mais sur la base de faussetés. Je me suis battu pour qu’on demeure dans la MRC du Granit. Le Moulin Bernier ne voulait pas changer de MRC, car l’importance du moulin à scie et à farine se justifie davantage en fonction du développement des Cantons de l’Est… » insiste M. Baron.

« Parmi les faussetés, on affirmait que les touristes qui visitent Courcelles venaient de la Beauce, alors que 85 pour cent viennent de Lac-Mégantic et sa région. Aussi, les travailleurs qui résident ici ne travaillent pas majoritairement dans la région de Beauce-Sud, mais à 70 pour cent dans la MRC du Granit. Et à l’origine, les colonisateurs ne venaient pas de la Beauce, mais bien du comté de Bellechasse, plus près de Québec, région qui n’est pas la Beauce... »

« Il reste qu’ici, les gens se définissent davantage comme Beaucerons, une incompréhension qui nuit à un mieux-vivre ensemble... C’est plutôt que les Courcellois voulaient être rattachés à l’hôpital de Saint-Georges, pour leurs soins de santé, plutôt qu’à celui de Lac-Mégantic! »

Le bénévole Guy Baron, l’âme et la mémoire vivante du Moulin Bernier de Courcelles, est fier du nouveau kiosque municipal, au parc de la Gare, avec cette reproduction du moulin qui est en fait une bibliothèque de rue, où tous et chacun peuvent prendre gratuitement des livres pour les lire à la maison.

Rassembler autour du moulin

Indépendamment de ce questionnement qui divise, mais aussi dans l’esprit de rassembler autour ce qui unit, le Centre d’interprétation du Moulin Bernier présentera une activité lors des Journées de la culture, intitulée De la passerelle au belvédère. Il s’agit d’une visite guidée des points d’intérêt du complexe culturel qu’est le moulin, depuis la nouvelle passerelle de l’étage du moulin jusqu’à la rue principale de Courcelles, du nouveau belvédère en métal près du barrage en billots de bois jusqu’à la rivière aux Bluets (l’orthographe bluets étant une particularité du nom de la rivière), sans oublier les quatre tables de lecture du Parc de la gare, voisin du moulin.

L’ancien wagon de queue (caboose) du chemin de fer du Québec-Central, qui n’a pas encore été rénové, ne fera pas partie de la visite. Une décision du conseil municipal de Courcelles se fait attendre.

« Nous nous apprêtons à vivre une période importante, au Moulin Bernier. Nous sommes à un carrefour. Tous les membres actuels du conseil d’administration de la corporation du Moulin, qui ont une moyenne d’âge de 70 ans, cèdent leur place. Nous allons laisser les finances et les livres en bon ordre. Il n’y a que le nouvel agrément des centres d’interprétation qui ne sera pas réalisé. La nouvelle équipe décidera ce qu’elle fait avec cette procédure imposée par le gouvernement », concède Guy Baron avec un peu de nostalgie. Car arrivé à Courcelles en 1976, il a tout vu de la période après-exploitation commerciale du Moulin Bernier.

Vous voulez y aller

De la passerelle au belvédère

Samedi 29 septembre, 13 h 30 à 15 h 30

Dimanche 30 septembre, 9 h 30 à 11 h 30

Moulin Bernier, Courcelles


Ailleurs dans la MRC

Le pianiste et son Vachon

Spectacle extérieur musicothéâtral

Samedi 29 septembre, 14 h

Place du presbytère, Lambton


Spectacle sur le thème du pouvoir des mots

Avec Ginette Bureau, Chantal Poulin et Robert Bureau

Samedi 29 septembre, 14 h à 17 h

Médiathèque Nelly-Arcan, Lac-Mégantic