Promesse tenue à la Grande fête du 150e de Coaticook

Les organisateurs de la Grande fête du 150e anniversaire de Coaticook avait promis haut et fort que le spectacle du samedi soir en mettrait plein la vue. Mission réussie, de l'avis de tous. Et plus encore. Il faut dire qu'on avait fait appel non pas à un, mais plusieurs artistes, dans une formule Porn Flakes unique, magique, extrêmement sympathique et de haut calibre du premier au huitième invité.
Mais avant, on avait confié la première partie au nouveau quatuor laurentien TeaBiscuit, lequel a réussi à apprivoiser une foule plutôt réservée et timide.
« Les gens avaient l'air contents d'être là et nous aussi, souligne le guitariste Émile Goyette. Et même si on vient de nulle part, on s'est senti accueilli. »
Un groupe pas si étranger, puisque le contrebassiste, Guy Richer, a résidé à Saint-Venant-de-Paquette pendant 20 ans, à l'époque des Séguin.
« J'ai même étudié la culture en serre à la polyvalente de Coaticook, lance Guy avec un clin d'oeil. On venait livrer nos légumes au Provigo et au IGA. On achetait la moulée pour nos poulets à la Coop. » Après ça, comment ne pas croire qu'on gagne à découvrir TeaBiscuit!
Mais celui qui n'avait besoin d'aucune présentation demeure sans contredit cette bête de scène infatigable et indémodable qu'on appelle Joël Denis.
Avec cette assurance que des décennies de métier lui ont conférée, il n'a eu qu'à s'approcher du micro pour que des applaudissements éclatent. Pour ne pas être en reste et au grand désarroi des organisateurs, il s'est empressé de sauter en bas de la scène afin de se mêler à la foule.
« Si on avait su, on aurait mis des marches! », de s'exclamer Julie Favreau, coordonnatrice de la Grande fête du 150e. Mais voilà et comme le soulignait en entrevue Dan Georgesco des Porn Flakes, « on est à sa merci! »
« Je suis toujours surpris que le monde m'aime autant, c'est ce qui fait que je me renouvelle tout le temps et que je suis en forme. C'est une fête pour moi ce soir. J'ai un public très fidèle, mais la surprise ce sont ces jeunes qui ne me connaissent pas. Je suis un personnage pour eux. La relève est là! », conclut M. Denis avec ce sourire contagieux.
La relève, c'était aussi ces finalistes de l'émission La Voix présents ce soir-là, dont la jeune Valérie Lahaie, le séduisant Rémi Chassé et le perpétuel adopté des Porn Flakes, Fred Lebel.
« Ça fait neuf ans que je fais des tournées avec les Porn, même avant La Voix, confie Fred. La première fois, ils m'ont appelé la veille d'un spectacle à minuit le soir pour remplacer une artiste. Et comme j'étais un parfait inconnu, ils ne savaient pas comment me présenter, ils ont donc inventé qu'ils m'avaient ramassé sur le bord du chemin, que j'étais quelqu'un de la place et que c'était mon anniversaire. Après ça ils ont dû se démentir, mais devant le tabac que ça avait fait, ils ont continué à m'inviter à tous leurs spectacles, un peu comme une mascotte! »
Les choses ont bien entendu changé depuis, plus particulièrement depuis son passage à La Voix en 2013. « C'est maintenant à moi de faire mes preuves », déclare Fred Lebel qui devrait se faire entendre tant du côté francophone qu'anglophone.
Une foule conquise
Dans la foule, Yvan Bélanger et Danielle Marchand, résidents de Baldwin Mills depuis 10 ans, ne se faisaient pas prier pour montrer leur enthousiasme. « C'est au-delà de nos attentes! On a adoré. Ça nous rappelle bien des souvenirs, on connaît toutes les tounes. »
Alors que Danielle avoue avoir un coup de coeur pour Lulu Hugues, Yvan penche pour Breen Leboeuf et Martin Deschamps. « On n'est pas déçu que ce soit lui qui ait remplacé Marc Dupré, au contraire! »
« Je suis super contente, je ne changerais rien! » déclare Julie Favreau. Tout le monde avait les bras dans les airs! » On a d'ailleurs évalué l'achalandage de la soirée à près de 4000 spectateurs.
Certains espèrent toutefois qu'on ne devra pas attendre un autre 150 ans avant d'avoir droit à un événement d'une autre grande qualité.