Projet Racines : des visages sur ces lieux aimés

Imaginez : une photo de vous, seul ou avec des amis ou des membres de votre famille, projetée sur un édifice, un paysage ou tout autre panorama marquant de votre vie. Une fresque vivante et expressive, significative pour vous, en couleurs, arborant votre visage, devenue un symbole de votre attachement pour votre environnement.

C’est la description de ce que rend possible le Projet Racines développé par Clément Lesaffre, un artiste français qui parcourt le monde pour traquer l’attachement des êtres humains à leur coin de pays, leur environnement immédiat, leur région, leur territoire propre à chacun d’eux, qu’il rencontre sur son chemin, au hasard de ses pérégrinations.

L’idée de départ lui est venue quand il était encore petit, dans sa France natale. « Je voyais alors les êtres humains comme des arbres. Il y a des corrélations entre les deux : nous avons des racines comme eux, nous sommes appelés à nous développer... J’ai donc pensé projeter des visages sur les arbres, les roches, les bâtiments. Je suis parti de cette idée », raconte M. Lesaffre.

« Je cogne à la porte des gens pour les connaître. Je fais leur portrait après une entrevue que je filme. Je projette ensuite leur portrait sur un paysage proche d’eux, qui les a séduits, qui les passionne. Ça peut être une plage au bord d’un lac, ou sur une colline, ou un édifice particulier, chez eux, symbolisant le lien avec leur environnement. Je veux valoriser l’humain, tout simplement. »

Clément Lesaffre apporte son groupe électrogène et un vidéoprojecteur de forte capacité, qui peut projeter les photos de visages sur un panorama d’une superficie possible de 130 m de hauteur sur 800 m de largeur.

Il a bien entendu commencé sa démarche professionnelle en France, en 2013, dans la région Auvergne–Rhône-Alpes. Puis il a enchaîné en Angleterre, en Belgique et il a traversé l’Atlantique. Le voici ces jours-ci dans la région de Lac-Mégantic. Il y a notamment rencontré Danielle et Jacques Verreault, un couple de Piopolis qui décrit son domicile comme un paradis terrestre, à la suite du coup de foudre que tous deux y ont ressenti quand ils l’ont visité pour la première fois, en 1972. Par la suite ils sont venus y vivre et ils s’y sont mariés, en 1973, avant de voir naître leur quatre enfants.

Clément Lesaffre, un photographe-cinéaste français qui parcourt le monde à la recherche d’humains entichés de leur coin de pays, offre à ces derniers de participer à son Projet Racines, dans lequel il superpose leurs visages au paysage environnant, grâce à un procédé de projection.

Icebergs écrans

« Je suis venu au Québec en 2015. À Montréal en premier, puis en Gaspésie, où j’ai visité deux communautés autochtones, à Sainte-Anne-des-Monts et Carleton. J’ai poursuivi le projet à Caraquet au Nouveau-Brunswick puis jusqu’à Terre-Neuve, où c’était comme au bout du monde! »

En France, ses collaborateurs et lui ont même orienté leur entreprise pour projeter des vidéos et ainsi créer des événements. Par exemple, en juin 2019, ils ont projeté leurs images sur des terrils, les montagnes de déchets d’une mine de charbon.

« J’ai comme projets de me rendre en Ontario, à la réserve d’Akwesasne. Ensuite en Norvège, de la mi-août jusqu’au début de septembre prochain. Par la suite en Arctique, au Groenland, chez les Inuits, pour projeter leurs portraits sur les icebergs. C’est en voie de disparition à cause du réchauffement de la planète. Cette cause environnementale devrait nous aider, car nous sommes à la recherche d’aide financière, par des sponsors et des mécènes. »

Pour contacter Clément Lesaffre, on écrit par courriel au art@clementlesaffre.com ou au @Projet Racines sur Instagram.