Le directeur général et artistique d’Orford Musique, Wonny Song (à droite), est très heureux de la qualité des quatre finalistes. Le pianiste Sae Yoon Chon, qui a gagné, la pianiste Jessica Yuma, le violoncelliste Kei Otake et le saxophoniste Matthew Koester ont participé à la finale.

Prix Orford Musique 2019 : le pianiste Sae Yoon Chon l’emporte

C’est le pianiste sud-coréen Sae Yoon Chon qui a terminé grand gagnant du Prix Orford Musique 2019 lors de l’affrontement final qui a eu lieu vendredi. Jury et public se sont donc entendus, puisque le prix coup de cœur du public lui a également été décerné pour la finale.

« C’est un pianiste remarquable qui a ému le public dès la première note. Il a une couleur vraiment personnelle dans son jeu — je pense que je pourrais le reconnaître les yeux fermés ! » lance Wonny Song, directeur général et artistique d’Orford Musique.

En tant que grand gagnant du Prix Orford Musique 2019, ce concours tenu en parallèle du Festival Orford Musique, il recevra une bourse complète pour un séjour de deux semaines à l’Académie Orford Musique 2020 et une invitation à participer au Festival Orford Musique 2020, en plus d’une séance photo professionnelle, d’une séance d’enregistrement, d’occasions de concerts ainsi qu’un prix de 10 000 $ en argent.

Même s’ils n’ont pas gagné, les trois autres demi-finalistes étaient de taille et M. Song estime que la tâche de départager ces quatre talentueux musiciens aux personnalités très distinctes a dû être très difficile pour le jury.

En deuxième position se trouve le saxophoniste américain Matthew Koester. « Il ne joue pas seulement fort, comme on voit souvent chez les saxophonistes moins expérimentés ; il a un souci du son et un contrôle qui sont le signe de sa maturité de saxophoniste », souligne M. Song.

C’est la pianiste canadienne Jessica Yuma qui a quant à elle ravi la troisième place. « Elle est très timide, mais quand elle est au piano, elle change de personnalité et joue avec beaucoup de passion. Elle fait des choses au piano que même des professionnels rêvent de faire », signale le directeur.

Finalement, le violoncelliste américain Kei Otake arrive quatrième, lui qui a également remporté le coup de cœur du public lors des demi-finales. « C’est un habitué du concours : il en est à son cinquième été à l’Académie [Orford Musique], et on a vu un progrès énorme ; il a un son très mature, rayonnant, rond... Il projette bien et remplit la salle avec le son », explique M. Song.

Ces trois finalistes ne repartiront pas les mains vides, car en tout, plus de 45 000 $ en prix et en bourses sont distribués entre le grand gagnant et les finalistes.

En plus des prix, M. Song rappelle que le Prix Orford Musique permet aux musiciens de gagner une riche expérience de concert qui les prépare pour une carrière professionnelle. En outre, ajoute-t-il, le concours leur donne des chances concrètes de se faire connaître puisque le jury de la finale est constitué de cinq musiciens chevronnés et professionnels du milieu, comprenant entre autres cette année un agent new-yorkais et un chef d’orchestre, et qu’il n’est pas rare que ces derniers se souviennent des finalistes de tels concours et les invitent plus tard à jouer pour eux.

Wonny Song, directeur général et artistique d’Orford Musique.