Derrière, les deux responsables du projet des Passeurs culturels (prix Développement culturel), soit Mario Trépanier, directeur du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, et Martin Lépine, professeur à la faculté d’éducation. Au centre, Marie-Pier Audet et Claude-Andrée Rocheleau, finalistes pour le prix Relève, et Hélène Dorion, finaliste pour l’Œuvre de l’année en Estrie. Devant, Isabelle Gosselin, sélectionnée pour le Prix Excellence culture Estrie.

Prix arts et culture de l'Estrie : des créateurs de choix

Une douzaine d’artistes, créateurs et artisans du milieu culturel sont à nouveau en lice cette année pour les prix en arts et culture de l’Estrie. Certains d’entre eux ont assisté jeudi à un dévoilement officiel de leur nomination, au restaurant Da Toni de Sherbrooke, en attendant la soirée de l’Apéro culturel, qui couronnera quatre lauréats dans autant de catégories, le 13 novembre.

Encore cette année, le prix le plus convoité est celui de l’Œuvre de l’année en Estrie, que se disputeront David Goudreault, Hélène Dorion et Amandine Garrido Gonzalez. Le premier, qui n’a plus besoin de présentation, a été sélectionné pour Abattre la bête, dernier tome de sa trilogie romanesque. La poétesse Hélène Dorion s’est qualifiée grâce à son recueil Comme résonne la vie (elle avait également été en lice dans la même catégorie en 2016). Quant à la chorégraphe et danseuse Amandine Garrido Gonzalez, c’est sa pièce Acuna, présentée lors des Petits Bonheurs Sherbrooke 2017 par la compagnie Sursaut, qui lui vaut d’être retenue. Le gagnant repartira avec une bourse de 5000 $.

Les trois autres prix sont accompagnés d’un montant de 500 $. C’est ce que recevra soit l’auteur-compositeur-interprète Ian Fournier, soit sa consœur Kyra Shaughnessy, soit l’auteure et conteuse Isabelle Gosselin, dans la catégorie Excellence culture Estrie. Ces trois créateurs ont comme point commun leur souhait de continuer à développer leur carrière artistique dans la région.

Dans le domaine du développement culturel, la palme sera disputée entre le projets des Passeurs culturels, la Chapelle du rang 1 de Lac-Mégantic et le P’tit Bonheur de Saint-Camille.

Le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke a ainsi été retenu pour son initiative des Passeurs culturels, créée conjointement avec la faculté d’éducation de l’université. Le projet consiste à ajouter à la formation des enseignants en devenir des notions de passeur de culture auprès de leurs futurs élèves.

La Chapelle du rang 1 a beaucoup fait jaser depuis son inauguration en 2017, notamment comme nouveau diffuseur dans un contexte où plusieurs peinent à rester ouverts, mais aussi pour avoir suscité cette année la réalisation d’une série web par la Fabrique culturelle de Télé-Québec.

Quant à lui, le P’tit Bonheur de Saint-Camille s’est fait remarquer pour ses activités de la semaine de relâche, des diffusions pour jeunes publics en téléprésence.

Pour finir, Marie-Pier Audet, Jean-François Létourneau et Claude-Andrée Rocheleau sont les finalistes pour le Prix Relève. La première a créé trois pièces de théâtre, le second, un conte sur le territoire québécois et l’histoire de ses communautés, et la troisième, un moyen métrage sans paroles ralliant danse, arts visuels et musique.

La remise des prix par le Conseil de la culture de l’Estrie aura lieu au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. Les lauréats recevront également un trophée de Diane Ferland, artiste verrière de Racine.