Nicolas Zemmour, organisateur du Festival de danse servi au volant, a brisé la glace samedi soir en offrant une performance intitulée <em>Lorsque le je efface le nom</em>.
Nicolas Zemmour, organisateur du Festival de danse servi au volant, a brisé la glace samedi soir en offrant une performance intitulée <em>Lorsque le je efface le nom</em>.

Pluie de klaxons au Festival de danse servi au volant

Mireille Vachon
Mireille Vachon
La Tribune
La première soirée du Festival de danse servi au volant s’est conclue avec une pluie de klaxons en guise d’applaudissements samedi soir, où quatre danseurs ont pris d’assaut la scène extérieure aménagée dans le stationnement de l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke devant trente voitures disposées en demi-cercle.

 « C’était une très bonne soirée », affirme Nicolas Zemmour, organisateur de l’événement qui s’échelonnera sur huit jours, du 22 au 29 août. « J’avoue que j’étais ému, car c’était ma première scène depuis six mois, et la première fois que je voyais d’autres danseurs depuis la pandémie », poursuit-il.

À lire aussi : Mouvements sous les phares

« On a eu quelques imprévus techniques, mais c’est normal pour une première soirée. On va apprendre des erreurs qu’on a faites pour s’améliorer », poursuit celui qui a également brisé la glace du Festival, juste avant Jontae McCrory, Véronique Giasson et Sandrine Martel-Laferrière, qui ont chacun interprété des danses de styles complètement différents.

« Ce qui est perturbant, c’est danser sur une scène extérieure, sans mur, sans projecteur. On se retrouve avec de nouvelles conditions qu’on n’a jamais testées », mentionne M. Zemmour.

« C’est drôle parce que tu es là avec des gens, tu ne les sens pas, mais tu sais qu’ils sont là », renchérit Véronique Giasson, diplômée de l’École supérieure de ballet contemporain de Montréal.

« Performer sur une scène avec du public, c’est la première fois depuis longtemps, et ça m’a manqué énormément. Ça fait tellement du bien d’avoir un but, d’avoir quelque chose à présenter à un public », ajoute Véronique Giasson.

L'Américain Jontae McCrory, membre de la RUBBERBAND dance company depuis 2019, a performé en deuxième sur les chansons <em>The House that Hagia Built</em> et <em>Bobby Krlic</em>.

Du confort de la voiture

Samedi, les spectateurs étaient installés confortablement dans leur voiture pour contempler les performances devant eux, éclairées par leurs propres phares, parfois sur les basses, parfois sur les hautes, parfois recouverts de pellicules colorées pour créer des effets d’éclairage, selon les consignes expliquées par les animateurs.

Les trames sonores étaient diffusées en direct sur les ondes de la radio universitaire CFAK 88,3, dont l’équipe était d’ailleurs responsable de l’animation entre les numéros.

« On a passé une très belle soirée. C’était magnifique avec le décor en arrière, la lune, le coucher de soleil… Le concept et l’organisation sont très bien réussis », exprime Carl Préfontaine, au nom de toute sa famille.

Serge Lacelle et sa conjointe Lois Saucke abondent dans le même sens. « C’était super. On a aimé le fait que c’était dehors, et c’était intéressant comme danses. En plus, c’est quelque chose qu’on ne voit pas souvent », soulignent-ils.

Pour participer aux spectacles, les gens doivent impérativement réserver même si c’est gratuit pour ne pas dépasser le maximum de 30 voitures.

Ceux qui ne peuvent le faire auront la chance de visionner les performances tout au long du Festival sur le site Web, le compte Youtube et la page Facebook de ZemmourBallet, compagnie de danse fondée par Nicolas Zemmour en 2013.

Perpétuer le concept?

Nicolas Zemmour aimerait assurément refaire un tel événement dans un avenir rapproché.

« Je pense qu’instaurer un festival extérieur comme ça à Sherbrooke, à la fin août, ce serait très bien. J’aimerais même que ça grandisse, et quand on pourra enlever les voitures, on le fera », note l’organisateur, fier de dire que la première édition est expérimentale, mais très professionnelle à la fois.

« En tant qu’artiste, je suis content, et en tant qu’organisateur aussi », termine celui qui travaille sur ce projet depuis près de quatre mois.

Dimanche soir, 20 h, le public pourra assister aux performances de Maika Giasson, Emmanuelle Martin et Ariana Pirela Sánchez.

Pour voir la programmation complète : zemmourballet.org/programmation