La peintre en art naïf Alex De Lavoie a écrit ses mémoires dans « La p’tite Mossus dans le champ des vaches ».

Peintre et p’tite Mosuss

L’artiste peintre en art naïf Alex De Lavoie s’est imposée un moment d’arrêt pour publier ses mémoires. L’atelier J’écris ma vie du Centre des femmes du Val-Saint-François lui a donné ce cadre qui, elle l’avoue, n’entre pas souvent dans son rythme de vie. De là est né son récit « La p’tite Mosuss dans le champ des vaches », paru aux éditions de l’Apothéose.

L’artiste en arts visuels s’est prêtée pendant trois ans à cet exercice de raconter toute son histoire… ou presque. « Il me resterait 40 ans de ma vie à écrire. Je me rends compte qu’il y a beaucoup plus à se souvenir », déclare la colorée bohème.

Dans son livre, Alex De Lavoie raconte son enfance à Packington dans le Témiscouata et ses nombreuses aventures qui l’ont menée vers la peinture. « Le hasard a mis sur ma route des circonstances dont j’ai eu l’audace de profiter. De fil en aiguille, mon style de peinture naïf s’est défini. »

Une figure importante du livre est sa gardienne, qu’elle appelle affectueusement «Maman d’amour». Sa mère étant malade, la petite Alex a été couverte d’affection par madame Michaud. « Je réalise que j’ai eu une enfance heureuse à jouer dehors pour créer des choses et inventer des jeux. Mon père disait de moi que j’avais du mosuss dans le corps. Peut-être parce que je n’avais pas manqué d’amour et j’avais en moi les outils nécessaires pour m’exprimer. »

C’est l’ex-enseignante, maître en littérature française et responsable de l’atelier J’écris ma vie Thérèse Pellerin qui a incité l’artiste peintre à persévérer dans l’écriture de son histoire.

La peintre bohème

Après avoir sillonné les routes des États-Unis et du Mexique, Alex De Lavoie, de retour au Québec, s’est affirmée de plus en plus comme artiste d’art naïf. Certaines de ses créations sont exposées de façon permanente au Musée international d’art naïf à Magog.

« Je suis la première peintre à avoir donné de l’expression aux visages de personnages en art naïf », explique la joyeuse créatrice.

Alex De Lavoie a exposé ses œuvres un peu partout, de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick jusque dans les Laurentides. Le 1er octobre dernier, à Fort Chambly, elle a gagné la compétition d’improvisation pour l’exécution de Violo, une toile de 51 X 61 cm, en 30 minutes. « 

J’étais tellement dans l’adrénaline que j’étais certaine de gagner. Je suis très compétitive. Je vis ma vie intensément », affirme-t-elle naturellement.

L’auteure sera présente au Salon du livre de Sherbrooke ce week-end. Le lancement officiel de sa biographie La p’tite Mosuss dans le champ des vaches aura lieu au Centre de foires de Sherbrooke, le samedi 14 octobre, dès 19 h.