Après 33 ans à la direction artistique du Théâtre du Double Signe, Patrick Quintal quitte ses fonctions pour se consacrer à l’écriture et à la création théâtrale.

Patrick Quintal quitte le Double signe

Grosse nouvelle dans le monde du théâtre sherbrookois : après 33 ans à la direction artistique du Théâtre du Double signe, Patrick Quintal quitte ses fonctions pour se consacrer à l’écriture et à la création théâtrale.

« C’est une décision difficile et douloureuse de quitter cette compagnie et cette équipe auxquelles je suis si attaché. Je suis face à l’inconnu avec une étrange impression de repartir à zéro. C’est à la fois exaltant... et terrifiant », souligne-t-il dans un communiqué envoyé mercredi.

Au Théâtre du Double signe (que Patrick Quintal a fondé avec Laurence Tardif en 1985), la nouvelle a créé un petit séisme.

« On perd un gros morceau. Patrick, c’est un homme de théâtre important, et pas seulement dans la région. J’ai toujours dit que j’avais rencontré le meilleur. C’est un être humain extraordinaire! Son ouverture, sa façon de créer et de mettre le travail d’équipe au cœur du processus, sa manière de mobiliser tout le monde, tout ça a été très porteur pendant toutes ces années. C’est lui qui a fondé les ateliers du Double signe. C’est une formule qui cadre bien avec sa façon pas du tout élitiste de voir l’art de la scène. Autour de lui, il a généré beaucoup de talent et de passion pour la création, il a été déterminant dans le développement du théâtre », exprime la directrice générale du Théâtre du Double signe, Lilie Bergeron.

Nicole Leblanc et Louise Portal

Au cours de ses trois décennies passées à la barre de la direction artistique de l’institution sherbrookoise, Patrick Quintal a créé 25 spectacles et signé 13 textes (dont Baba Yaga, 100 % humain, Mowgli). Il a joué dans une douzaine de pièces et il en a mis neuf en scène (dont Je ne pensais pas que ce serait sucré).

Sa pièce Kraken, qui a aussi été produite en Italie, lui a valu le prix Yves Sauvageau, en 1989, et sa touchante création Sur le bord de la fenêtre, un tout petit chien en flammes, dans laquelle il partageait la scène avec Nicole Leblanc, a été mise en nomination pour le Masque du public.

Plusieurs fois boursier du Conseil des arts et lettres du Canada et du Conseil des arts du Canada, il a aussi déjà reçu le Prix de la création du CALQ en Estrie. Dans sa plus récente création, L’île aux Sabots (2016), il jouait aux côtés de la comédienne Louise Portal.

« C’est un texte qui transportait une profondeur et de la poésie, on y sentait une grande maturité d’écriture. Patrick a toujours été un moteur de création, il a encore beaucoup à dire et à offrir au chapitre théâtral », souligne Mme Bergeron. Celle-ci assurera la transition jusqu’à ce que le c.a. annonce les plans pour la suite.