La Tribune
Contenu commandité
Patrice Michaud : Vivre le voyage
Arts
Patrice Michaud : Vivre le voyage
Après 365 jours d’écriture, une pandémie et l’animation d’une des plus grosses émissions de variétés de la télé québécoise, Patrice Michaud a enfin pu mettre la dernière touche à Grand voyage désorganisé, son quatrième album en carrière, paru vendredi. Un opus à la fois différent du précédent et fidèle à l’artiste, marqué par la grande quête humaine de l’autre et de soi.
Partager
Patrice Michaud: Dans le temps et l’espace

Musique

Patrice Michaud: Dans le temps et l’espace

Steve Bergeron
Steve Bergeron
La Tribune
« Après qu’on s’est parlé, j’ai titré ça Mes 365 jours de nuit », raconte Patrice Michaud à propos de cette entrevue de juin 2019, au cours de laquelle nous avions discuté de l’année entière, d’un novembre à l’autre, où il s’est imposé d’écrire tous les jours. Peu importe si cela donnait des chansons, des poèmes, un roman, voire un livre pour enfants — des éléments de sa Soupe aux allumettes, paru en avril, en sont d’ailleurs issus —, l’objectif était d’obtenir quelque chose de satisfaisant chaque jour. Derrière cet exercice de discipline et de contrainte, il souhaitait notamment ne pas traverser le même désert que pour le disque d’avant.
Prête-moi tes vers

Arts

Prête-moi tes vers

Steve Bergeron
Steve Bergeron
La Tribune
On le sait, lorsque Patrice Michaud capte une phrase qui le marque fortement, il ne peut l’utiliser sans l’attribuer à son auteur. Ce fut le cas pour « l’amour, ce n’est pas quelque chose : c’est quelque part », mots découverts chez Réjean Ducharme et placés dans la chanson Kamikaze, avec la bénédiction de l’écrivain avant que ce dernier quitte ce monde.
<em>Star Académie</em> et les voix

Arts

Star Académie et les voix

Steve Bergeron
Steve Bergeron
La Tribune
Les oreilles attentives le remarqueront : Patrice Michaud n’a jamais chanté aussi haut que sur son nouvel opus. Tout comme il n’a jamais autant fait de place aux chœurs, les confiant, d’une part, à Marie-Christine Depestre et Franck Julien, et, d’autre part, aux académiciens Rosalie Ayotte et Shayan Heidari.