Les membres d'Orford Six Pianos : Pamela Reimer, Francis Perron, Mariane Patenaude, Sandra Murray, Claire Ouellet et Romain Pollet.

Onze ans... puissance dix

C'est avec beaucoup de hâte que les membres d'Orford Six Pianos s'étaient préparés à donner le concert de leurs dix ans à Orford Musique en 2016. Après une décennie de succès à la salle Gilles-Lefebvre, leur prestation annuelle étant souvent à guichets fermés (il y a même eu des supplémentaires certaines années), le sextuor de pianistes avait presque tenu son retour comme acquis.
Mais l'arrivée du nouveau directeur musical Wonny Song et son désir d'imprégner sa propre vision à la programmation ont entraîné, pour le jeune capitaine, des choix déchirants. À la fin, Orford Six Pianos n'a pas eu sa place sur le menu de l'an dernier.
« Nous étions surpris. J'avoue que nous n'avons pas trop compris au départ, même si on nous a bien expliqué les raisons » , confie Mariane Patenaude. « Nous n'étions pas les seuls déçus : beaucoup de gens du public l'étaient aussi et nous l'ont fait savoir sur les réseaux sociaux. »
Les Orford Six Pianos n'ont toutefois pas été en reste : ils ont pu fêter leurs dix ans ailleurs, soit au festival de Parry Sound, en Ontario, où ils sont invités tous les deux ans. « C'est comme notre deuxième chez-nous », souligne Sandra Murray.
Logistique compliquée
Mais les contrats ne se bousculent jamais pour cet ensemble qui vient avec une logistique compliquée.
« Plusieurs directeurs artistiques sont emballés lorsqu'ils nous voient en concert pour la première fois. Ils nous disent qu'ils souhaitent nous inviter... et déchantent quand ils s'aperçoivent ce qu'implique de déménager et d'accorder six pianos sur scène », rapportent Mariane Patenaude et Sandra Murray.
D'ailleurs, où pensez-vous que le groupe a fait le lancement de son deuxième album, en février 2016? Indice : un endroit où ils pourraient offrir une prestation sans aucuns frais de déménagement.
Eh oui, un magasin de pianos. « Depuis le début, nous avons un super appui de Pianos Bolduc, à Montréal. Nous répétons là le dimanche, quand le magasin est fermé, sur d'excellents instruments. C'est l'idéal », souligne Mariane Patenaude.
Depuis mars 2017, Orford Six Pianos compte aussi un nouveau membre, Romain Pollet, qui a pris la relève de Louis-Dominique Roy. Ce dernier a préféré se consacrer à ses projets personnels. « Romain, on l'adore! C'est une belle acquisition! »
Attachés au lieu
Les relations avec Orford Musique n'ont jamais été entachées par le hiatus de l'an dernier. C'est avec empressement que les membres du groupe ont accepté de revenir cet été. La plupart, rappelons-le, sont pianistes accompagnateurs à l'Académie (c'est ainsi que le sextuor est né) et y passent de sept à huit semaines en moyenne, voyant se succéder trois ou quatre cohortes de stagiaires. Ils sont donc parmi les professionnels qui demeurent le plus longtemps sur le site pendant la belle saison.
« C'est un endroit auquel nous sommes très attachés, un rendez-vous annuel dont on ne se lasse pas. Pour ma part, c'est mon 21e été ici! » souligne Sandra Murray.
« Pour un pianiste accompagnateur, rester une semaine au même endroit, c'est presque un luxe! » ajoute Mariane Patenaude, qui en est à sa quinzième année.
Pour leur concert du 9 juillet, les Orford Six Pianos sont allés pigés dans leur décennie de répertoire. Ils ont notamment ramené des pièces de leurs débuts, les ont combinées à des extraits de leurs deux albums, tout en suivant une ligne directrice romantique. On entendra L'apprenti sorcier de Dukas, La Moldau de Smetana, l'ouverture-fantaisie Roméo et Juliette de Tchaïkovski... Brahms, Liszt et Kreisler complèteront la matinée.
« Les gens qui ne nous ont jamais entendus pensent qu'avec six pianos, ce sera un concert très fort. Ils s'attendent à une masse sonore, à des marteaux. Oui, ça peut l'être, mais nous travaillons beaucoup plus dans la subtilité et le raffinement », précisent Mariane Patenaude et Sandra Murray.