Véronique Grenier et André Gélineau participeront à la première soirée du Bruit des mots, le 8 septembre prochain.

Nouvelles soirées littéraires au centre-ville

Sherbrooke aura de nouveau des soirées littéraires animées au centre-ville. Dès le 8 septembre, Le bruit des mots : littérature et autres niaiseries s'installera dans le cocon tamisé de la Petite Boîte noire. Le premier jeudi de chaque mois, les amoureux des mots y auront rendez-vous pour dire et entendre l'univers des uns et des autres.
<p>André Gélineau</p>
Déjà, l'annonce de ce nouvel événement littéraire sur Facebook (litteratureetautresniaiseries) suscite une vague d'intérêt, probablement décuplée par la fin, en février dernier, des cabarets Lis ta rature, dont la disparition a créé un vide dans le night-life littéraire sherbrookois.
« J'avais lu un texte au dernier de ces cabarets qu'organisaient David Goudreault et Kiev Renaud. Je me souviens qu'à la fin de la soirée, on s'était dit que c'était dommage que ça se termine. On espérait qu'il y ait une reprise de flambeau », se souvient Marido Billequey.
L'enseignante de français à l'école secondaire Mitchell-Montcalm ne pensait pas, alors, que ce serait elle qui, en quelque sorte, rallumerait les braises. L'idée est venue plus tard, après sa participation à la soirée littéraire Vaincre la nuit, au Quai des Brumes, à Montréal.
« L'endroit était rempli à craquer. On sentait un réel désir de s'entendre et de s'écouter. Il y avait quelque chose de beau qui se tramait. Des musiciens accompagnaient les lecteurs en improvisant au son des mots. C'était un moment de création magnifique. »
C'était aussi un moment d'inspiration et de galvanisation. En repartant de là, Marido avait l'élan nécessaire pour lancer pareilles soirées à Sherbrooke.
Marier les univers
Avec le soutien précieux du musicien natif de Sherbrooke Gabriel Lemieux-Maillé, qui jouait au Quai des Brumes le soir où elle y est passée, elle a mis le projet sur les rails. Philibert Bélanger, de la Petite Boîte noire, a tout de suite levé la main pour accueillir l'événement mensuel. Le reste s'est presque fait tout seul. La première édition du Bruit des mots aura lieu dans 15 jours avec la participation des auteurs Véronique Grenier, André Gélineau, Michel-Olivier Gasse, Jérôme Dupuis-Cloutier. Entre autres.
Jean-François Létourneau, Michel Vézina, Frédric Gary Comeau, Tristan Malavoy, Auguste et Nathalie Plaat sont quelques-uns de ceux qu'on pourra entendre au cours des prochains mois.
« Je souhaite marier les univers d'auteurs, de poètes, de paroliers et d'artistes de tous horizons. J'espère que ces soirées seront à la fois colorées et douces », précise celle qui poursuit des études doctorales en création littéraire à l'Université de Sherbrooke.
Le micro libre sera aussi ouvert à ceux qui n'ont pas nécessairement publié, mais qui manient la plume dans leurs temps libres. Pour ajouter à l'ambiance et à l'expérience, deux musiciens (Gabriel Lemieux-Maillé et un acolyte qu'il aura choisi) enroberont les lectures de musique.
« Chaque soirée sera un petit laboratoire au cours duquel les mots seront au premier plan, résume Marido. On créera des moments uniques. Il y a un côté très résistant à ces soirées-là, je trouve. On sort de chez soi sans jamais savoir à quoi s'attendre. Et ce qu'on y vit ne ressemble à rien d'autre.