Michel Dallaire

Nombreux hommages pour Michel Dallaire, cofondateur du Cirque du Soleil

Michel Dallaire n’est plus. Le clown sherbrookois, qui était déménagé en Europe, s’est éteint récemment. Celui qui a participé à la première mouture du Cirque du Soleil laisse cependant derrière lui un grand héritage.

Le Sherbrookois a surtout roulé sa bosse en France, où il a démarré une école de clowns, le Hangar des mines. Il y a enseigné durant plusieurs années. Dernièrement, il aurait voulu venir s’installer dans son pays natal, mais il n’aura finalement pas eu le temps de réaliser ce projet. 

Malgré son personnage plutôt excentrique, l’une de ses meilleures amies, Gaëtane Roy, affirme que Michel Dallaire était en fait peu bavard. « Dans la vraie vie, c’était un grand timide, un homme de peu de mots. Ce n’était pas un placoteux ou un bullshiteux. C’était un ami très fidèle, très réservé et discret. Il a été mon ami durant 40 ans », explique Mme Roy.

Celle-ci se rappelle des numéros de clown qu’il avait monté il y a plusieurs années. « On n’a pas de tradition de clown au Québec. Il était flamboyant sur scène ; rien ne l’arrêtait. C’était un grand mince avec des cheveux. Il connaissait des gens de partout au travers le monde. Tout le monde rend des témoignages. Ce qui revient le plus souvent, c’est que Michel était libre et passionné », indique-t-elle. 

« C’était un être qui adorait les humais, poursuit Gaëtane Roy. C’était un homme d’exception. Il était sensible et discret, ce qui est étonnant par rapport au personnage public. J’ai l’impression que je le connais depuis toujours, on n’avait jamais perdu contact malgré la distance », se rappelle-t-elle. 

Sur le site Dans nos cœurs, samedi soir, plus de cinquante personnes avaient rendu un dernier hommage à celui que certains qualifient de « maître ». Visiblement, le Sherbrookois en a marqué plus d’un. 

« Quelqu’un m’a vue comme jamais avant on ne m’avait vue, en plein cœur. Ce cœur que je ne connais pas. Et vue de la sorte, un monde s’ouvre et je me vois libre. Quelqu’un m’a remplie de force. Ces yeux qui percent et sourient en coin, ces mots qui toujours résonnent, cette immense chaleur humaine. Michel, c’est si beau, si fou et je suis si triste. Merci infiniment. », a commenté une certaine Fanny Vialle sur le site web. 

M. Dallaire est décédé le 20 décembre dernier à 66 ans.