La chanteuse Natasha St-Pier.

Natasha St-Pier fait rimer musique et yoga

Même si on l’entend moins au Québec depuis son départ vers la France, la chanteuse Natasha St-Pier continue d’enchaîner les albums et les tournées de spectacles à un bon rythme. Et, en parallèle, elle a démarré une carrière de professeure de yoga qui lui apporte beaucoup de bonheur. Rencontre avec une femme épanouie qui n’a pas oublié sa terre natale.

La semaine dernière, Natasha St-Pier était de passage au Spa Eastman. Sur place, elle enseignait justement le yoga à un groupe de 25 Français qui souhaitaient découvrir le Québec, tout en améliorant leur forme physique et en s’offrant la chance de se détendre pleinement.

Le Spa Eastman n’était qu’une des escales du groupe au Québec. Les participants au voyage sont également allés à la rencontre de la nation huronne à Wendake, ont visité Québec puis roulé vers l’hôtel-spa Sacacomie, en Mauricie.

La chanteuse ne foule plus le sol québécois très souvent, mais elle se montre toujours attachée à son pays d’origine et est chaque fois heureuse d’en sillonner le territoire. « Je suis installée avec ma famille en France, mais je n’ai pas pris la nationalité française même si ce serait plus facile pour moi de l’avoir. Je suis trop une patriote canadienne », confesse celle qui a grandi au Nouveau-Brunswick avant de s’établir au Québec.

Devenue maman il y a quelques années, Natasha Saint-Pier confie qu’il n’est pas simple pour elle de partir en tournée, surtout quand il s’agit de traverser l’océan pour offrir des spectacles.

« Mon petit garçon, Bixente, va à l’école même s’il n’a pas encore cinq ans. Habituellement, pour bien jouer mon rôle de mère, je ne pars pas plus de quatre jours à la fois. J’ai cependant triché un peu pour venir durant une semaine au Québec cet automne. Je veux être là pour mon fils, mais avec les années ça deviendra plus facile de m’éloigner à l’occasion », explique-t-elle.

Bien malgré lui, Bixente est un peu à l’origine du « virage yoga » entrepris par sa mère au cours des dernières années. Cette discipline n’est pas entrée dans la vie de Natasha St-Pier récemment. Par contre, elle a commencé à prendre beaucoup plus de place dans son quotidien dans la foulée des ennuis de santé qu’a rapidement connus son garçon.

« Mon fils a eu une cardiopathie congénitale. Il a été opéré pour ça et il est guéri maintenant. J’ai cependant senti le besoin d’évacuer à un certain moment. Le yoga permet ça. »

Femme passionnée, Natasha St-Pier a déjà 5000 heures de formation liées au yoga derrière la cravate. Elle peut vous entretenir en des termes très techniques des différentes formes de yoga et de ce que cette discipline ancestrale peut apporter à un être humain normalement constitué.

Puisqu’elle est aussi une artiste, Natasha St-Pier tente parfois de réunir musique et enseignements yogiques. Le pianiste Vincent Bidal l’a d’ailleurs accompagnée au Québec, la semaine dernière, et ses talents de musicien ont été mis à profit lors de certaines séances offertes par la chanteuse.

« En compagnie de Vincent Bidal, on emploie différentes fréquences sonores pour amener un travail assez précis avec la respiration ou les positions lors des séances de yoga. La musique n’est pas qu’un bruit ou un décor de fond dans ce cas-là. Le piano, les percussions et le chant sont utilisés », confie-t-elle.

Sa carrière de chanteuse

L’intérêt que porte Natasha St-Pier au yoga et à la dimension plus spirituelle de la vie ne l’empêche pas d’aimer le monde de la musique, souvent plus superficiel et nettement moins relaxant. « J’aime ça vivre et ressentir la passion. Ça me plaît aussi quand la vie va vite », précise-t-elle.

L’artiste a profité d’une pause dans une tournée de spectacles pour venir au Québec dans les derniers jours. Cette tournée fait suite au lancement de son album Thérèse de Lisieux — Aimer c’est tout donner, qui a eu sa part de succès jusqu’à présent.

Pour la petite histoire, l’Acadienne d’origine avait d’abord fait paraître Thérèse, vivre d’amour en 2013. Cet album contient une série de textes écrits par Sainte Thérèse de Lisieux, une religieuse française du 19e siècle. Il avait fait un carton puisqu’au-delà de 200 000 copies avaient été vendues, et ce, bien qu’il s’agissait de chansons « d’inspiration religieuse ». Le nouveau CD de l’artiste constitue une forme de suite à ce succès inespéré.

Par ailleurs, la chanteuse entreprendra bientôt une autre tournée, celle-là composée de spectacles de Noël. Elle se produira alors en France, mais également en Belgique ainsi qu’en Suisse, deux autres pays où elle compte des admirateurs.

Comme si cela n’était pas suffisant, elle enregistrera un nouvel album pendant les prochains mois. Et elle planifie de venir offrir quelques spectacles au Québec en juin 2020 et de participer à des festivals en Europe en saison estivale l’an prochain. « Ma carrière va très bien », reconnaît la principale intéressée.