Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke : exposition de merveilles

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Avis aux curieux! Le Musée de la Nature et des Sciences de Sherbrooke (MNS) abrite une Chambre des Merveilles jusqu’au 6 septembre 2021. Cette nouvelle exposition invite ses visiteurs à la contemplation. « C’est vraiment l’objet qui est mis en valeur. On a voulu que les visiteurs découvrent des objets inusités », explique Michelle Bélanger, la directrice générale et conservatrice du musée.

Accueillant les visiteurs dans une ambiance feutrée, la première salle se veut une mise en bouche de l’exposition, avec quelques objets mis en valeur dans une niche. Dès la deuxième salle nommée « d’autres temps, d’autres contrées », les visiteurs pourront découvrir de nombreux objets qui viennent d’un peu partout à travers le monde. « On est vraiment transporté dans un autre univers, très exotique », raconte Michelle Bélanger. « Entre réel et imaginaire », la troisième zone de l’exposition, propose des objets très étranges comme un veau à deux têtes ou un jeune mouton à deux nez. Et que dire encore de la fameuse « corne de Licorne »? Cette défense de narval aura de quoi ébahir les plus petits. 

Vient ensuite le XVIIIe siècle, la période des Lumières, qui favorise la pensée scientifique. « On peut y voir des instruments scientifiques comme des microscopes ou des lunettes astronomiques », explique Mme Bélanger. 

Dans l’avant-dernière pièce, le visiteur entre enfin dans la Chambre des merveilles et les centaines d’objets éclectiques qu’elle contient. « On y trouve des pots avec des spécimens dans de l’éthanol, une mâchoire de baleine. » Certains de ces spécimens ne sont même pas identifiés, car il s’agit d’objets amassés par des collecteurs. Ces derniers sont d’ailleurs mis à l’honneur dans la dernière pièce « passion-collection » puisque la salle des merveilles existe « grâce aux collectionneurs qui, au fil des siècles, ont amassé ces objets pour notre délectation », fait remarquer Mme Bélanger.

Une exposition de partenariats

Mme Bélanger tient à souligner la collaboration née avec Pointe-à-Callière, la cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. « Sans eux, la présentation à Sherbrooke aurait été impossible ». Elle tient aussi à attirer l’attention quant à la présence d’objets très rares, prêtés notamment par le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée des civilisations ou encore le Musée canadien de la nature. « On est vraiment chanceux de pouvoir les exposer à Sherbrooke », confirme-t-elle, en précisant que l’exposition a déjà été présentée à Montréal, de février 2019 à janvier 2021, au Musée Pointe-à-Callière. 

Parmi les curiosités à contempler figurent près de 400 pièces issues des collections du MNS. « On y voit des objets qui, habituellement, sont conservés dans nos réserves et qui n’ont pas été présentés depuis plus de 20 ans », confirme Mme Bélanger. Certaines de ces pièces étaient en effet exposées au Musée du séminaire de Sherbrooke, l’ancêtre du MNS. 

Michelle Bélanger rappelle qu’en temps de pandémie, la réservation est obligatoire. En effet, seulement 25 visiteurs sont admis entre les murs du musée chaque heure.