Le danseur et chorégraphe Nicolas Zemmour, directeur de la compagnie de danse ZemmourBallet de Sherbrooke, a élaboré un original festival. Du 22 au 29 août, les amateurs de danse seront servis au volant de leur voiture alors que 24 chorégraphes interprèteront un solo original d’une durée de 10 minutes dans le stationnement du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.
Le danseur et chorégraphe Nicolas Zemmour, directeur de la compagnie de danse ZemmourBallet de Sherbrooke, a élaboré un original festival. Du 22 au 29 août, les amateurs de danse seront servis au volant de leur voiture alors que 24 chorégraphes interprèteront un solo original d’une durée de 10 minutes dans le stationnement du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

Mouvements sous les phares

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
 Plus question d’attendre pour le danseur et chorégraphe Nicolas Zemmour. En s’inspirant de quelques recherches sur la mise en scène et le théâtre pandémique, le directeur de la compagnie de danse ZemmourBallet de Sherbrooke a eu l’idée d’explorer le concept d’un « ciné-danse » au cœur de la ville.

« En toute franchise, je suis nouvellement arrivé de Marseille, en France, et je ne savais même pas ce qu’était un ciné-parc », admet Nicolas Zemmour, fébrile à l’idée de présenter ce concept unique au Canada. « Je suis vraiment content d’avoir l’opportunité de dynamiser l’art de la scène et de la danse à Sherbrooke », affirme-t-il. 

Ainsi, du 22 au 29 août à 20 h, trente voitures formeront un demi-cercle dans le stationnement du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. « Les gens se rendront avec leur véhicule devant la scène. Leurs phares allumés, ajoutés à quelques effets de couleurs, composeront l’éclairage », explique Nicolas Zemmour.

Au programme, 24 interprètes, qui ont vu leur été chamboulé par l’annulation de nombreux spectacles et festivals culturels, présenteront une création originale d’une durée de dix minutes. Chaque soir, trois solos de danse seront présentés.

« Un peu comme tout le monde, les danseurs ont été particulièrement isolés dans les derniers mois. Les spectateurs auront donc droit à de la création “après-COVID” qui traitera de confinement, de solitude, mais aussi d’amour et de bonheur », confie celui qui présentera le solo d’ouverture et de fermeture lors du Festival de danse servi au volant.

Retrouver la scène

« Comme jeune chorégraphe et directeur de compagnie, mon but est vraiment de faire connaitre des chorégraphes du Québec remplis de talents. Les artistes sont tous rémunérés, donc c’est très motivant pour eux dans le contexte actuel. Toutefois, l’idée de retrouver la scène nous plait encore plus. »

Comme les places sont limitées, les prestations seront également diffusées en direct sur le site internet et la page Facebook de ZemmourBallet. Trois caméras et un drone feront en sorte que les spectateurs aient accès aux moindres détails à partir du confort de leur foyer. Dans les deux cas, le tout est offert gratuitement grâce à la générosité des commanditaires.

« En pleine période de pandémie mondiale, je n’avais pas du tout envie que les gens paient pour le retour de la scène vivante. Je souhaite que ce soit du pur partage et je remercie ceux qui rendent cet événement possible », indique M. Zemmour, qui souhaite instaurer cet événement culturel à long terme dans la région.

« Je n’aurais jamais eu cette idée sans la pandémie de la COVID-19, avoue-t-il. Si on m’appelle, ça me fera plaisir de reproduire l’événement ailleurs et de l’organiser moi-même », raconte celui qui ne compte toutefois pas s’approprier le concept.

« Je suis ouvert aux propositions, mais je suis aussi d’avis que l’art n’appartient à personne. Si l’idée se propage, ce sera merveilleux », conclut-il.

Pour réserver : Zemmourballet.org