Marilou Ferlandt est l’interprète de Madame Pissenlit, qu’elle décrit comme intrépide, impulsive, un brin colérique, mais toujours joyeuse.

Mme Pissenlit: une sympathique « envahissante »

Madame Pissenlit est intrépide, impulsive, un brin colérique, mais toujours joyeuse. En mars prochain, elle présentera son deuxième spectacle, qui emmènera le jeune public au pays des géants. Ce projet ambitieux a été rendu possible grâce à une campagne de sociofinancement couronnée de succès sur La Ruche Estrie.

« En fait, Madame Pissenlit, c’est moi avec un chapeau et une robe jaune », lance Marilou Ferlandt en rigolant. La créatrice des Ateliers du Pissenlit avoue se tenir loin des personnages typés pour ses animations qui visent principalement les 4 à 9 ans.

Pour celle qui est arrivée à Danville il y a un peu plus de 10 ans, le manque d’emploi à long terme dans le milieu culturel et social a été la bougie d’allumage pour démarrer sa propre entreprise, un choix qu’elle ne regrette aucunement. Depuis 2015, elle dirige les Ateliers du Pissenlit dans un petit local aux couleurs ensoleillées au cœur de Danville. Avec quelques collaborateurs, elle offre une gamme d’animations culturelles, de spectacles, de contes et de bricolage, autant dans les milieux scolaires que pour les fêtes d’enfants et les camps de jour.

Avec un nom, une photo et quelques traits de caractère, Marilou rédige aussi des contes personnalisés pour les enfants.

« Ma marque de commerce, c’est la boîte à ombrages. Elle mesure 8 pieds sur 8 pieds et me permet de projeter des décors dans lesquels je m’incruste. Ça me permet des folies comme de monter dans un haricot géant. C’est vraiment apprécié par les enfants! » souligne Marilou Ferlandt.

Pour y arriver, elle utilise un rétroprojecteur et des acétates (oui, exactement ce dont se servaient les professeurs pour corriger les exercices à l’école!). Et ça fonctionne à merveille, assure-t-elle.

« Mon but, c’est d’amener les enfants à être créatifs. Je veux qu’ils sachent que c’est à leur portée. À tout coup dans mes ateliers, les enfants finissent par trouver quelque chose qui leur plaît, que ce soit de bouger les acétates sur le rétro ou de faire les ombrages. »

La genèse du pissenlit

Dans son premier spectacle, que Marilou Ferlandt avait réalisé avec un budget approximatif de 1500 $, Madame Pissenlit se sauvait d’une plante carnivore. En mars, l’animatrice lancera Madame Pissenlit et la musique des géants, après avoir obtenu un peu plus de 7200 $ grâce à une campagne de sociofinancement. Un coup de pouce qui lui fait énormément plaisir, confie-t-elle. Le montant demandé était de 6000 $.

Avec cette récolte notable, Marilou pourra notamment profiter des services d’un auteur, d’une scénographe et d’une costumière.

« Le nouveau spectacle raconte la légende du pissenlit, les raisons pour lesquelles il y en a autant. Je vais avoir une trame sonore de musique classique, quelque chose que je trouve super intéressant de proposer aux enfants. »

Pourquoi avoir choisi le nom Madame Pissenlit? Comme Marilou a déjà travaillé à l’animation au parc Marie-Victorin, elle n’a eu d’autres choix que d’en apprendre davantage sur la botanique afin de répondre aux nombreuses questions des visiteurs. L’intérêt est resté.

« C’est possible de vivre de la culture en région et c’est ce que je veux prouver. C’est plein de potentiel. Il suffit d’apprendre à connaître son milieu. Tous les enfants et les adultes ont besoin de la culture. Mon but, c’est aussi de crédibiliser l’art et de démontrer que c’est un bon levier pour l’économie », confie l’artiste, qui s’avoue aussi entrepreneuse dans l’âme.

Vous voulez y aller?
Madame Pissenlit et la musique des géants
Dimanche 4 mars, 15 h
P’tit bonheur de Saint-Camille
Entrée : 25 $

Samedi 7 avril, 10 h 30
Salle Le Tremplin, Sherbrooke
Entrée : 20 $ (forfait familial : 60 $)