Merveilles pour tout-petits

Je suis chaque fois soufflée. Tantôt par l’inventivité de la scénographie. Tantôt par la joliesse de l’histoire. Souvent par le regard fasciné des jeunes spectateurs. Dans le noir d’une salle où se déploie un spectacle jeunesse, il y a quelque chose d’éminemment touchant à voir la lumière s’allumer dans l’œil des tout-petits. Le Festival Petits bonheurs Sherbrooke, c’est un condensé de ces moments d’exception où la magie s’invite, où l’étincelle jaillit, où l’alchimie opère. Pendant une belle semaine, du 28 avril au 6 mai, contes variés, projections cinématographiques, ateliers créatifs et spectacles éclatés destinés aux très jeunes enfants de moins de six ans fleuriront dans différents lieux de la région. Coup d’œil sur quelques propositions du rendez-vous culturel qui porte vraiment bien son nom.

Dessine-moi une maison

Le Théâtre des Petites Âmes est un habitué de Petits bonheurs Sherbrooke. Cette 9e édition est quand même nimbée d’une aura particulière pour la compagnie montréalaise. C’est que sa toute nouvelle création y sera présentée en grande première.

Destinée aux tout-petits de deux ans et demi (et plus), MAPA s’ancre à des thèmes universels qui pourraient fort probablement trouver écho chez les enfants.

« Au fond, c’est une histoire inspirée de nos vies à tous. On y suit une dame qui accueille chez elle différentes créatures en quête d’un toit. Dans son atelier suspendu, l’artisane recoud des morceaux, raccommode des pièces, fabrique des maisons. Un jour, une créature un peu plus craintive arrive chez elle, une créature qui a de la difficulté à trouver une maison qui ne s’effondre pas », explique la directrice artistique et générale de la compagnie, Isabelle Payant.

La maison est une image qui porte et qui résonne dans l’imaginaire des jeunes spectateurs. Cocon précieux, nid réconfort, elle représente ce lieu où on se sent chez soi comme nulle part ailleurs, cet îlot de sécurité où on peut trouver refuge peu importe la tempête, celle qui sévit dehors ou celle qui nous barbouille le cœur.

« L’étincelle première de cette création vient probablement du fait que nous sommes famille d’accueil. Cette idée de créer un lieu rassurant pour l’enfant, elle fait partie de notre quotidien, de notre cheminement. Après ça, évidemment, nous avons ajouté des strates et emmené la création ailleurs. Ce filon de l’importance de la maison vient aussi de ce que nous avons observé autour de nous. Nos enfants nous accompagnent en tournée, et c’est vraiment formidable, mais lorsque nous revenons chez nous, nous voyons à quel point le bercail est important pour eux », dit la conceptrice et interprète du spectacle.  

Marionnettes mini

Le titre, MAPA, contraction des mots « maman » et « papa », est aussi venu du noyau familial d’Isabelle Payant.

« Lorsqu’il était bébé, mon petit dernier nous appelait Mapa, son père et moi. Je trouvais ça mignon. Plusieurs parents m’ont dit avoir vécu la même chose, cette idée-là m’est restée en tête. Dans la pièce, Mapa est cette figure réconfortante et bienveillante qui veille. »

C’est presque une signature de la compagnie, qui célèbre ses dix ans d’existence : chaque création intègre des marionnettes. MAPA comme les autres.

« Elles représentent souvent des créatures qui n’existent pas. Ça nous permet de greffer une touche plus fantastique au récit. Parce que nos marionnettes sont souvent de format mini. Ça nous donne une grande liberté de création et ça permet aux enfants de s’identifier, en voyant plus petits qu’eux être au cœur de l’histoire », raconte Isabelle Payant, qui, à quelques jours de la première représentation, confie quelques papillons dans l’estomac.  

« On est dans la dernière ligne droite créative. À partir de l’idée de départ, il y a un chemin qui se fait en mouvements, tout au long de la scénographie, l’histoire se trame au fil de l’exploration en atelier. Là, en répétition, on est vraiment à l’étape du polissage. On s’adresse aux tout-petits, mais nous avons toujours ce souci de nous adresser aussi aux parents qui accompagnent leurs enfants en laissant de l’espace à l’émotion, à la poésie. »

Vous voulez y aller?
MAPA
Théâtre des Petites Âmes

Samedi 28 avril, 9 h 30 et 11 h
Salle Le Tremplin
Entrée : 12 $ (forfait famille : 4 billets pour 40 $)

Ça vous intéresse?
Petits bonheurs Sherbrooke
Du 28 avril au 6 mai
Détails et infos : cotescene.ca/programmation-petits-bonheurs