Guy Nantel a soulevé la controverse avec un passage de son nouveau spectacle, Nos droits et libertés.

Menacé de mort, Guy Nantel fait le point

Au lendemain de la comparution d’un homme au palais de justice de Québec pour avoir fait des menaces de mort à Guy Nantel, l’humoriste a tenu à faire une mise au point publique à propos de son nouveau spectacle, mardi. Un communiqué envoyé au matin de sa première montréalaise.

Depuis la première de Nos droits et libertés à Québec, il y a une semaine, la tourmente ne cesse de s’épaissir autour de Guy Nantel. Un passage de son nouveau spectacle où il est question de «la fille qui a couché avec le libéral Souvlaki» a incité Alice Paquet à faire une vive sortie sur Facebook. 

Guy Nantel s’est défendu, toujours sur le réseau social, mais la controverse a depuis pris de l’ampleur et s’est transposée sur diverses tribunes médiatiques.

Il y a quelques jours, la police de Québec a même arrêté un homme qui avait formulé des menaces de mort à l’humoriste sur les réseaux sociaux. Jean Darveau, 48 ans, a comparu au palais de justice de Québec, lundi, faisant face à des accusations de harcèlement et de menaces, a rapporté le Journal de Québec. «Jusqu’où es-tu prêt à aller pour défendre ton ostie de liberté d’expression? Pour la mienne, je suis prêt à tuer et mourir, not kidding moron», a notamment écrit l’homme sur une publication de Guy Nantel sur les réseaux sociaux. 

L’humoriste a donc tenu à faire une mise au point plus officielle, dans un communiqué envoyé aux médias.

«D’entrée de jeu, je souhaite préciser une fois de plus que je dénonce fermement toute forme de harcèlement et de violence sexuelle, écrit-il. Il va de soi que ce numéro présenté dans mon spectacle vise justement à dénoncer le viol et toute forme de harcèlement, en plus de poursuivre les mêmes objectifs que l’ensemble des numéros de ma carrière, soit de faire rire, de provoquer des réactions, de dénoncer les travers sociaux et bien sûr d’ouvrir la réflexion et la discussion afin de contribuer à ce que les choses changent en société.»

Centaines de messages haineux

Guy Nantel a également mentionné avoir reçu des centaines de messages haineux et qu’avec les menaces de mort qui ont mené à une arrestation, «les choses sont allées beaucoup trop loin».

Sur la page Facebook de l’humoriste, mardi soir, alors que se déroulait la première mont­réalaise de son spectacle, les quelques messages laissés par les internautes se voulaient toutefois d’encouragement. 

Lire aussi: Éloge de la liberté