MBAS : l’annexe est toujours privilégiée

Les cendres de l’ancien Hôtel Magog, rue Dufferin, étaient encore fumantes que l’idée d’agrandir le Musée des beaux-arts de Sherbrooke (MBAS) sur le lopin devenu vacant commençait à circuler. Si ce scénario n’est pas écarté, la directrice de l’établissement, Cécile Gélinas, continue de privilégier l’ajout d’une annexe sur l’actuel stationnement du musée.

Mme Gélinas dévoilait en août 2016 un projet d’agrandissement du musée qui, faute d’espace, est forcé d’imposer un moratoire sur l’acquisition de nouvelles œuvres. Le bâtiment actuel, l’ancien siège social de l’Eastern Townships Bank, ne répond plus aux besoins du MBAS. Le pavillon qui serait ajouté serait de signature contemporaine et ne nécessiterait pas de modification à l’édifice actuel. Le projet évalué à 16 M$ en 2016 s’élève maintenant plutôt à 20 M$.

« Il y en a plusieurs à qui c’est passé par l’esprit de réaliser l’agrandissement de l’autre côté de la rue Dufferin. Il n’y a rien d’impossible. Ce n’est pas exclu, mais nous continuons de privilégier notre site parce qu’il donne sur la gorge de la rivière Magog, que le terrain nous appartient et que nous trouvons notre concept bien beau. Le site est en porte-à-faux sur la rivière. Ce serait exceptionnel pour un musée », dit Mme Gélinas.

Le choix du concept final et du terrain arrivera au moment du concours d’architecture en collaboration avec le ministère de la Culture, mentionne Cécile Gélinas.

Une entente avec le ministère

En 2016, la directrice du musée espérait d’ailleurs une lettre d’entente avec le ministère de la Culture l’année suivante pour lancer l’étape des plans et devis en 2018. « Nous avons une entente pour le maintien des actifs, c’est-à-dire que nous ferons les travaux nécessaires sur le bâtiment actuel. Habituellement, on commence par le maintien des actifs avant d’obtenir des subventions pour un agrandissement. »

Les travaux de toiture et de climatisation, entre autres, sont prévus d’ici l’été. Cécile Gélinas n’attend pas d’autres bonnes nouvelles avant qu’ils soient terminés. « Comme c’est une année électorale, on ne sait jamais. »

Pour la réalisation du projet, l’horizon est fixé à 2019-2021. Une campagne de financement visant à amasser 5 M$ a déjà été lancée.

Le moratoire sur l’acquisition de nouvelles œuvres se poursuit. « Les collectionneurs et les artistes sont très compréhensifs et acceptent de garder les œuvres un peu plus longtemps. »

Cécile Gélinas dit être toujours en contact avec le député de Sherbrooke, Luc Fortin. « Il est prêt à porter le dossier auprès de la nouvelle ministre de la Culture. »

La directrice du musée, elle, ne s’est pas encore entretenue avec la ministre Marie Montpetit.

Il n’a pas été possible de parler avec le député Fortin mercredi.