À la fois artiste en arts visuels, auteur et réalisateur, Marc Séguin aborde plusieurs sujets devant notre caméra chez un taxidermiste de la région.

Marc Séguin, un artiste polyvalent

NDLR: La Tribune présente une vidéo réalisée par La Fabrique culturelle de Télé-Québec avec l'artiste en arts visuels, auteur et réalisateur, Marc Séguin.
Séguin, prisé des collectionneurs et exposé dans les plus grandes capitales internationales, dépeint le monde contemporain et ses misères. Avec nous, il aborde plusieurs sujets, dont la chasse, les créatures sauvages, l'inspiration, les matériaux organiques et la réussite artistique.
Marc Séguin se considère chanceux d'avoir autant de succès depuis le début de sa carrière. Il n'a jamais fait d'accommodement. «Dans ce que j'ai choisi de faire, si je ne me mets pas la tête sur la bûche, en étant terriblement et vulgairement sincère, je ne fais pas de sens.»
Séguin aimerait bien exposer son travail des dernières années, deux séries de peinture, l'une mettant en scène des animaux qui interagissent avec des humains et l'autre de paysages nordiques enneigés, au cours des prochains mois. L'une des séries pourrait bien faire l'objet d'une exposition à Montréal à l'automne 2017.
Marc Séguin a produit et réalisé son premier long métrage de fiction Stealing Alice qu'il a présenté l'an dernier (2016) dans de nombreuses villes québécoises et qui a été chaleureusement accueilli par la critique. Cette production indépendante, qu'il a lui-même financée, met en vedette Fanny Mallette, Denys Arcand et Gaston Lepage.
Réalisation : Pierre-Luc Racine
Coordination : Pascal Gervais
Caméra : Pierre-Luc Racine
Montage : Sébastien Pomerleau
Remerciements : Taxidermie de l'Estrie