Mara Tremblay: « C’est ma mère qui m’a appris à regarder le ciel, les arbres, la nature... On habitait près du fleuve, sur la Côte-Nord, et elle me disait de respirer jusqu’à ce que ça goûte le sel. Depuis ce temps-là, j’ai toujours le nez en l’air. »

Mara Tremblay: terrienne et stellaire

N’allez surtout pas croire que Mara Tremblay renie son précédent album lorsqu’elle dit qu’il lui ressemble moins. Même qu’«À la manière des anges» (2014) lui a permis de pousser encore plus loin, avec son coréalisateur Olivier Langevin, la veine musicale explorée sur «Tu m’intimides» (2009), fortement inoculé de claviers typiques au rock progressif. Mais quand est venu le temps d’emmener la planante galette sur scène, la rousse chanteuse s’est aperçue qu’elle avait mis, sur la feuille de route du spectacle, beaucoup plus de chansons de ses deux premiers albums, «Le chihuahua» et «Papillons».

« Je n’avais pas pu faire la tournée de Tu m’intimides parce que j’étais tombée malade à ce moment-là. Pour À la manière des anges, je pensais pouvoir jouer les chansons des deux disques, mais je me suis aperçue que je n’avais pas ce qu’il fallait. À l’enregistrement, on avait fait venir des musiciens presque virtuoses, mais moi, j’étais incapable de reproduire la même chose. Et je n’avais pas les moyens de les engager pour la tournée. J’adore À la manière des anges, et Tu m’intimides est l’album dont je suis le plus fière, mais l’apogée, pour moi, c’est quand je suis sur scène et que j’ai du fun à faire du rock. »

Bref, il était clair que le prochain disque (Cassiopée, paru le 3 novembre dernier), serait fait pour être joué en direct (et il a été enregistré ainsi). Ce qui explique ce retour à un rock plus brut, plus terrien, où guitare, basse et batterie tiennent le haut du pavé, saupoudrés de quelques claviers rétro. Mais comme Olivier Langevin était de plus en plus sollicité, en plus d’être très occupé par son propre groupe Galaxie, Mara a décidé de prendre toute seule les rênes de la réalisation.

« J’ai quand même vécu un grand deuil : j’ai fait six albums avec Olivier! Mais j’ai commencé à me dire que je pourrais vivre un trip avec mon garçon, qui me suit déjà comme batteur depuis trois ans. Victor [Desrosiers-Tremblay] est capable de capter le feeling d’une musique. Ça me touche de savoir que le premier beat qu’il a entendu, c’est le battement de mon cœur, et de constater qu’il a encore du beat aujourd’hui », dit-elle à propos de son fils aîné de 21 ans, qui lui avait d’ailleurs composé la musique de Sans toi sur son album précédent.

Finalement, son ex Sunny Duval, ancien Breastfeeders et désormais grand ami, a complété la petite équipe. « Il est venu sceller le ciment, avec Benoît Bouchard », ajoute-t-elle à propos du grand manitou du studio Dix de Latraque, où la majorité des chansons a été gravée.

Bruant à gorge blanche

Mais Notre amour est un héros, la dernière du disque, a bénéficié d’une prise de son au lac Notre-Dame, dans les Laurentides (on entend d’ailleurs un bruant à gorge blanche à la 27­e seconde). Alors aux prises avec les aléas de la bipolarité, laquelle est souvent accompagnée de la recherche des bonnes doses de médicaments pour retrouver l’équilibre, Mara Tremblay avait lancé un appel au secours pour trouver un chalet où elle pourrait reprendre pied. C’est l’agente d’artistes et relationniste Sonia Cesaratto qui lui a prêté le sien.

« J’étais dans une phase super tough. C’est toujours la nature qui m’a aidée à me sortir de ces moments-là. Je suis partie toute seule avec mon chien et ma guitare. Ça a été une très belle période de délivrance », dit l’auteure de Cette heure au lac Notre-Dame, ballade rock très sixties. « Ça s’est vraiment passé comme dans le texte : le soir où j’étais sur le point de partir (tout mon stock était déjà dans l’auto), je suis retournée sur le quai : le lac était comme un miroir [voir la photo dans le livret], il y a eu le chant du huard, le cri du coyote, des mots sont montés... C’est une chanson qui s’est presque écrite en temps réel. J’ai appelé Sonia pour lui demander si je pouvais prolonger mon séjour et j’ai ressorti mes bagages. Je suis repartie quelques jours plus tard avec trois ou quatre chansons, et j’en ai fait deux ou trois de plus par après. »

Pour compléter, son deuxième fils, Édouard Grenier-Tremblay, lui en a signé deux : Avec le soleil et Entre toi et moi (il chante cette dernière en duo avec sa mère). L’adolescent de 15 ans ne s’était encore jamais commis à l’écriture avant ce jour où, pendant la préproduction, il a saisi la guitare de Mara et a commencé à jouer.

« Je ne l’avais jamais entendu à la guitare acoustique. Je capotais ma vie : il jouait de la même façon que moi. Durant toutes ces années de métier, je n’ai jamais rencontré de musicien qui avait le même picking que le mien. »

Il faut dire qu’avec tous les musiciens qui ont partagé la vie de Mara (notamment Yves Desrosiers, Antoine Gratton et l’ancien Chick’n Swell Daniel Grenier), ses deux enfants ont toujours baigné dans la musique. « Depuis qu’il est capable de s’asseoir que Victor tape sur tout ce qui lui tombe sous la main. »


Métaphores du ciel

Ceux et celles qui connaissent déjà bien Mara Tremblay retrouveront sur Cassiopée ses nombreuses métaphores sur le ciel, ne serait-ce que la pièce-titre. « Comme cette constellation est très loin, je peux lui crier après et lui écrire une toune punk », dit celle qui raconte, dans cette chanson, un grand amour qui n’a jamais pu se vivre.

« C’est ma mère qui m’a appris à regarder le ciel, les arbres, la nature... On habitait près du fleuve, sur la Côte-Nord, et elle me disait de respirer jusqu’à ce que ça goûte le sel. Depuis ce temps-là, j’ai toujours le nez en l’air. »

Ses admirateurs renoueront aussi avec sa façon très charnelle d’écrire l’amour, comme dans Ton corps au mien et Mon chéri, des pièces qui n’avaient pas été retenues pour l’album précédent.

« Sauf que là, je suis vraiment célibataire depuis un an, alors je ne me rappelle plus ce que c’est, répond-elle en rigolant. Mais j’ai eu une vie assez intense auparavant et j’ai toujours pensé que la meilleure façon de décrire des choses personnelles était d’être directe. »

Mara Tremblay
Cassiopée
Rock franco
Audiogram

Discographie
1999 Le chihuahua
2001 Papillons
2005 Les nouvelles lunes
2009 Tu m’intimides
2011 Mara Tremblay
2014 À la manière des anges
2017 Cassiopée