Valaire était en spectacle au théâtre Granada vendredi. Le groupe était accompagné d'Alan Prater, légende funk, qui a collaboré à son plus récent album.

L'oobopopop attitude de Valaire gagne Sherbrooke

Les retours à la maison de Valaire sont généralement festifs et le spectacle de vendredi au théâtre Granada n'a pas fait exception : la oobopopop attitude a gagné Sherbrooke.
C'est quoi la oobopopop attitude, tirée du nom du plus récent album de Valaire, Oobopopop? C'est essentiellement du groove, du funk et du fun. Bref, tout ce qu'offre le quintette dans sa musique et sa façon de bouger sur scène.
Surprenamment, la foule présente au Granada était petite - seule la partie avant du parterre était ouverte - pour le passage des gars de Valaire. Surtout qu'il ne s'agissait que du second passage du groupe à Sherbrooke depuis le lancement d'Oobopopop l'automne passé à La Petite Boite Noire. En plus, Valaire était accompagné pour l'occasion par Alan Prater, légende funk qui a accompagné au trombone nul autre que les Jackson dans les années 1980. Qu'importe, l'énergie des personnes présentes compensait largement leur nombre restreint.
Les musiciens ont ouvert la soirée avec Mama Donte, suivi de Golden Rule et d'I Wanna alors que l'on a senti l'énergie monter d'un cran. Mais c'est au rythme des percussions d'Apata Palace que Luis Clavis, Thomas Hébert, Julien Harbec, François-Simon Déziel et Jonathan Drouin ont dérouillé le parterre et que les mouvements de hanche se sont faits plus insistants. Les artistes Khali Abdu et Pierre Kwenders,collaborateurs sur Oobopopop, se sont joint à eux pour l'occasion.
Les musiciens aux verres fumés se sont ensuite écartés de leur plus récent album pour offrir quelques succès de leur passé. Monster, Gumshoe, Life gets brutal ont certainement ravi le public, mais le retour sur scène des gars de Valaire avec des marionnettes géantes au son d'Ave Mucho a assurément été l'un des moments forts du spectacle. Tout le parterre du Granada s'est mis à sauter à la demande de Luis.
« The funkiest man in Mtl », Alan Prater a prêté sa voix à quelques chansons pendant la soirée, dont By my side, qui permettait de constater toute l'étendue de son talent et de son charisme. Ses petits déhanchements plaisaient également au public qui l'a applaudi chaudement à chacune de ses présences sur scène.
Au moment de quitter le Granada, les anciens misteurs - dorénavant que Valaire - s'apprêtaient à offrir un rappel au public qui les réclamaient à grands cris. Lors de la création d'Oobopopop, les musiciens ne s'étaient fixé qu'un objectif : faire du bien aux gens. À voir le sourire des gens dans la salle, on peut dire que c'est mission réussie.