Repas de famille est la huitième pièce de théâtre d'été de Marie-Soleil Dion en 10 ans de métier.

L'intensité mesurée

Elle est une des actrices québécoises les plus en vue de l'heure. La génération qui l'a suivie pendant six ans à Vrak la vie découvre depuis deux ans une autre facette d'elle dans Like-moi!, à Télé-Québec, et bon nombre de nouveaux amateurs de tous âges se sont greffés.
Ce fidèle public devra toutefois faire un petit deuil l'an prochain : Marie-Soleil Dion apparaîtra beaucoup moins dans la troisième saison de Like-moi!, prévue pour janvier 2018. Mais la comédienne a une excellente raison : elle attend son premier enfant pour l'automne.
« Les tournages de Like-moi! se déroulent de septembre à décembre. Je ne ferai que le premier mois, mais je me considère déjà comme chanceuse que Marc Brunet ait accepté de m'écrire des sketchs et de m'intégrer à l'émission, même à huit mois de grossesse. Je ferai toujours partie de la gang, mais je serai moins présente », explique Marie-Soleil, rappelant que les réalisateurs et caméramans ont développé toutes sortes de trucs (notamment un cadrage plus serré) pour cacher les rondeurs d'un personnage qui, dans le scénario, n'est pas censé attendre la cigogne.
« En réalité, j'ai très hâte à ce congé de maternité, de pouvoir profiter de ces moments-là. De toute façon, on ne peut pas faire en sorte que les choses arrivent en fonction du travail. Il n'y a jamais de bon moment pour devenir mère dans ce métier. Sébastien Dodge [celui qui a écrit et mis en scène la pièce Repas de famille, dans laquelle elle joue en ce moment à Kingsey Falls] m'a dit que, dans ses trois derniers spectacles, il y avait toujours une comédienne enceinte. Il est habitué et ça ne le dérange pas du tout. »
Seulement quelques lignes ont donc été réécrites dans cette création qui tient l'affiche tout l'été au Théâtre des Grands Chênes. « On arrive à en rire : je porte une camisole et on fait un clin d'oeil au fait que le personnage a quelques problèmes de poids. »
La fille compliquée
Contrairement à ce qui a été publié récemment dans un quotidien montréalais, Repas de famille est loin d'être la première expérience de Marie-Soleil Dion en théâtre d'été. « Je ne sais pas où la journaliste qui a écrit ça prend ses informations, mais ça doit être ma huitième pièce de théâtre d'été en dix ans! » dit celle qui a été séduite par le rôle de Julie, la « fille compliquée » d'une tribu déjà très dysfonctionnelle.
En effet, le souper de l'Action de grâce qui doit réunir Julie et son frère Yan (Louis-Olivier Maufette) chez leur soeur Josée et son conjoint Sylvain (Maxime Tremblay et Noémie O'Farrell) tournera très vite au vinaigre. Primo, la maison a été cambriolée juste avant le souper. Secundo, la mère, Cécile (Diane Jules), amène sans honte son énième nouveau chum (Jean-Léon Rondeau), même si son défunt mari et père des enfants n'a rendu l'âme qu'un mois auparavant. Chaque membre de la famille apporte son lot de névroses et d'antipathie envers ses proches, exacerbées par un coup de théâtre au beau milieu du repas.
« Julie, c'est la fille qui a des problèmes d'alcool, qui sort tout le temps avec les mauvais garçons et qui vit des histoires épouvantables. Elle est très loin de moi, alors j'ai eu envie de la jouer », explique celle qui était aussi curieuse de découvrir ce que Sébastien Dodge, auteur qu'elle admire et dont elle a vu plusieurs créations, ferait avec sa toute première comédie.
L'occasion de partager la scène avec son conjoint (Louis-Olivier Maufette) était une raison de plus pour s'installer dans les Bois-Francs pendant la belle saison. « Je fais beaucoup de tournages le reste de l'année. Financièrement, j'aurais très bien pu me passer des planches cet été. Je le fais parce que ça me tente. J'aime l'humour, le laisser-aller qu'il permet, l'esprit de gang qui se crée avec les autres acteurs. Le théâtre nous garde aussi en forme comme comédien. J'essaie le plus possible de faire au moins une pièce par année. »
« La dynamique avec le public n'est pas la même non plus, ajoute-t-elle. Les spectateurs sont plus réceptifs et plus participatifs. C'est rare, une salle qui répond autant. »
Excellente pour dire non
On pourrait avoir l'impression que Marie-Soleil Dion est partout en ce moment. Outre Like-moi!, il y a sa Sophie Cartier dans L'échappée, la troisième saison de Quart de vie qui vient de débarquer sur Tou.tv et En famille, la toute première fiction de Canal Vie, qui débutera en août. Tout ça peut laisser croire que la comédienne a un horaire de fou.
Surtout qu'elle a témoigné l'hiver dernier, alors qu'elle était porte-parole de Bell pour la cause, qu'elle avait fait une dépression en cinquième secondaire, après s'être engagée dans trop d'activités. Marie-Soleil a heureusement pris leçon de cette expérience et est devenue excellente pour dire non quand son agenda est déjà bien rempli.
« Quart de vie et En famille sont entièrement tournées depuis mai et juin. Il me reste le théâtre, quelques blocs de tournage de L'échappée et Like-moi! en septembre. C'est vrai que cela peut donner l'impression que je suis très intense. Oui, je travaille beaucoup, mais c'est parce que ça me tente et que j'aime ça. Je touche du bois : ça fait dix ans que je suis sortie de l'école et ça fait dix ans que je travaille. Mais je refuse beaucoup de choses et j'ai des plages réservées pour absolument ne rien faire. Mon agente est bien au courant. Dans ces semaines-là, elle ne me programme rien du tout... »
« C'est vrai qu'avant, j'aurais peut-être attendu la fin de Like-moi! pour être enceinte. Mais j'ai appris à lâcher prise, à garder du temps pour moi. J'ai une très bonne méthode de gestion du temps et du stress. Ce n'est plus un problème. »
Après 21 ans d'improvisation, Marie-Soleil Dion a tiré sa révérence l'an dernier. « Vraiment pour une question d'horaire. J'ai trop de respect pour ce jeu-là pour ne pas y être engagée à 100 pour cent. Je trouverais dommage de rater des matchs ou de n'être là qu'à moitié alors qu'il y a tellement de bons et jeunes joueurs qui méritent leur place. J'y reviendrai peut-être plus tard, lorsque je serai moins prise et que j'aurai plus de temps à y consacrer. »