François Bernier

L'EVS offre la peinture en musique

L'Ensemble à vents de Sherbrooke a le vent dans les voiles. L'été dernier, ce sont quatre sorties qu'il a pu s'offrir, notamment à Montréal, lors d'une nouvelle série de concerts au Parc olympique. C'était quelques semaines après avoir (encore) raflé la première place de sa catégorie et le trophée Yamaha au Festival des harmonies du Québec.
Le chef François Bernier, qui en est à sa douzième année à la tête de l'ensemble, le confirme : l'EVS traverse une bonne période, non seulement pour le rayonnement, mais aussi pour la qualité d'exécution.
Son orchestre, dont fait partie un bon noyau de musiciens au long cours, peut se mesurer aux oeuvres costaudes. Témoin son interprétation, en 2011, d'une transcription du Sacre du printemps de Stravinsky, sous la direction du Belge Jan van der Roost, un des grands compositeurs actuels de la musique d'harmonie.
Texte complet dans La Tribune de vendredi.
Abonnement à la version électronique: