Éric Maheux, Yanick Blanchette, Steve Veilleux et John Anthony Gagnon-Robinette du groupe Kaïn seront de passage à Sherbrooke ce vendredi 22 septembre pour le lancement de leur nouvel album Welcome bonheur.

Les virages de Kaïn

Pour Kaïn, aller à la rencontre de son public, ce n'est pas seulement un pas respectueux : c'est une étape fondamentale de la vie du band.
« C'est la base du projet de Kaïn, c'est dans son embryon, parce que toute notre inspiration vient des gens, vient de la route et des belles rencontres que nous y faisons depuis ces 16 dernières années. C'est vraiment ça, notre école de musique », lance le chanteur Steve Veilleux.
Les membres de Kaïn ont donc lancé Welcome bonheur, leur sixième album, dans six villes différentes, à commencer par Drummondville (leur fief), Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke aujourd'hui même.
Il faut dire que le quatuor a un peu forcé les admirateurs à travailler sur leur patience : le disque est prêt depuis presque un an. L'album a été réalisé par Éloi Painchaud - qui est pratiquement « devenu le cinquième » larron du quatuor, observe Steve Veilleux en s'excusant du « cliché ».
« Éloi, c'est vraiment un gars de bande, et on tenait absolument à travailler avec lui. C'est pour ça qu'on est rentrés si tôt en studio », seule façon d'accommoder les horaires chargés des uns et de l'autre.
Nouveau son
« En studio, on a écouté beaucoup de Tom Petty et du Eagles, mais l'idée, c'était pas de reproduire ni de recopier textuellement les arrangements vocaux - de toute façon, qui oserait? -, mais de retrouver l'esprit de l'époque, la façon de faire des prises de son, les craquements, l'écho des B-3 [orgues Hammond, NDLR], les [ajouts de choeurs] dans les refrains, le côté tantôt un peu plus rock 'n' roll, tantôt plus touchant, introspectif ou épuré... Tout ça, c'étaient des avenues qu'on avait peu explorées, et où Éloi nous a emmenés. »
Welcome bonheur a été enregistré en octobre 2016. « On s'est encabanés, on s'est payé la traite : ç'a été un gros party musical, fait dans une belle sérénité. » Laquelle a d'ailleurs « donné le titre de l'album ».
Car après avoir pris le parti de Pleurer pour rire (son dernier album, paru en 2013), Kaïn affiche aujourd'hui sa volonté d'accueillir à bras ouverts une sérénité qui n'a pas toujours fait partie de son ADN, malgré les chansons festives. La bande a accepté qu'il ne servait à rien de se battre contre « le bien-être et la reconnaissance, tant à titre personnel que collectivement, en tant que band ».
« Le mixage a été achevé un mois plus tard, se rappelle le chanteur. Mais ça fait des mois qu'on se le réapproprie et qu'on fait des retouches. En fait, on retouche tout, sans arrêt : les photos, les pistes, les mix... Ça ne sert à rien de se mentir, des musiciens réunis ensemble, avec beaucoup trop de temps sur les bras, c'est ça que ça donne », poursuit-il en s'esclaffant de rire. Le peaufinage est toutefois mesuré : « On fait attention de ne pas se perdre », ajoute-t-il en reprenant son sérieux.
Nouveau membre
En avril dernier, le guitariste Patrick Lemieux a quitté le navire. Pas en claquant la porte, mais tout de même pour des raisons de divergences de perspectives quant à l'avenir de la bande, laisse entendre Steve Veilleux, en soulignant que l'ex-collègue a tout de même participé « en totalité » à l'enregistrement du disque.
Les trois anciens - Éric Maheu à la basse, Yanick Blanchette derrière la batterie et Steve Veilleux à la guitare et au micro - se sont donc adjoint une nouvelle recrue, John Anthony Gagnon-Robinette, qui s'est emparé de la deuxième guitare. « John Anthony était notre premier choix, sur notre courte liste. On l'avait vu jouer dans un festival en Gaspésie, avec un super band country et une énergie contagieuse. »
Vous voulez y aller?
Lancement sherbrookois de Welcome bonheur
Vendredi 22 septembre, 17 h
La P'tite Grenouille
154, rue Wellington Sud
Entrée gratuite