Le portrait d’un Humain de Sherbrooke qui a raconté son histoire à l’équipe derrière le projet.

Les Humains de Sherbrooke se racontent à Estrie-Aide

Réaliser 100 photographies accompagnées d’une histoire en deux ans, voilà l’objectif du projet photographique Humains de Sherbrooke, lancé il y a six mois. Fière de la participation et de l’intérêt populaire au projet jusqu’à maintenant, Vanessa Cournoyer-Cyr, l’instigatrice du projet, organise un événement spécial le samedi 9 juin dans les locaux d’Estrie Aide.

« Initialement on voulait surtout que les gens tissent des liens avec d’autres qu’ils croisent tous les jours à Sherbrooke. C’est un petit milieu et on finit par croiser les mêmes visages sans pour autant savoir qui ils sont », explique Mme Cournoyer-Cyr.

Le projet compte sur des photographes et des rédacteurs passionnés qui travaillent bénévolement à créer des portraits d’individus choisis aléatoirement dans la ville de Sherbrooke.

« Les gens embarquent vraiment dans notre projet. Du moment qu’ils ont une histoire à partager, on les écoute. L’idée de base c’est que tout le monde a quelque chose à raconter », avoue-t-elle.

Les histoires sont uniques, parfois touchantes, et génèrent des réactions sur les réseaux sociaux. On peut y lire des commentaires de personnes qui se reconnaissent dans certaines histoires, d’autres qui envoient des souhaits ou des mots d’encouragements. La page Facebook Humains de Sherbrooke regroupe plus de 1400 adeptes.

« C’est un projet positif. Bien sûr que les histoires sont parfois banales, mais elles sont inspirantes. Les gens sont heureux de partager leur histoire et ça leur fait du bien de la faire », ajoute-t-elle.

Rendez-vous populaire

Humains de Sherbrooke invite la population à se déplacer dans les locaux d’Estrie Aide le samedi 9 juin prochain entre 10 h et 15 h. Ce sera l’occasion pour les visiteurs de rencontrer les photographes et rédacteurs du projet, et d’en profiter pour raconter leur histoire.

« Nous allons aménager un coin spécial pour accueillir les visiteurs. C’est l’occasion idéale d’unir les gens et de leur permettre de nous rencontrer et d’échanger aussi entre eux » indique-t-elle.

Rappelons que le lancement du projet avait justement eu lieu à Estrie Aide en octobre 2017.

« C’est un lieu qui offre une multitude d’accessoires et de vêtements. Les photographes apprécient vraiment d’y travailler », admet-elle.

Mme Cournoyer-Cyr a bon espoir de réussir à atteindre l’objectif des 100 portraits en deux ans.

Elle embrasse aussi l’idée de collaborer avec Actions interculturelles au projet Dialogue +. Ce n’est toutefois pas la seule aspiration pour Humains de Sherbrooke.

« C’est peut-être un peu fou, mais j’aimerais bien un jour publier un livre avec les visages de Sherbrooke. Toute histoire est bonne, il ne suffit que de la partager » affirme-t-elle fièrement.