« Je ne sais pas encore si je réalise ce qui vient de se passer, mais je crois qu’il faut que je replanifie toute ma vie! » s’est exclamé Lord Byrun après avoir été sacré grand gagnant du 50e FICG.

Les honneurs de Granby à un Saskatchewanais

C’est le Saskatchewanais Lord Byrun qui a été sacré lauréat du 50e Festival international de la chanson de Granby, mercredi soir. Et sous toutes réserves, il serait le premier auteur-compositeur-interprète des provinces de l’Ouest à être sacré grand gagnant du FICG.

« Merci à vous, cher public. C’est vous que je remercie en premier parce que vous êtes le plus important », s’est-il exclamé à la réception de son trophée avant de remercier les autres candidats et l’organisation, sa province, ses amis et sa famille.

« Je ne sais pas encore si je réalise ce qui vient de se passer, a-t-il poursuivi en coulisses à La Voix de l’Est, mais je crois qu’il faut que je replanifie toute ma vie! »

« Sans blagues, a-t-il repris, je veux me construire un plan d’attaque et maximiser tous les prix que j’ai reçus ce soir. »

Effectivement, en plus de remporter les grands honneurs, Byrun Boutin-Maloney de son vrai nom avait auparavant mis la main sur une belle brochette de prix qui le feront voyager pas mal au cours des prochains mois, non seulement dans les différentes provinces du Canada, mais également outre-mer puisqu’il est entre autres reparti avec le Prix Lynda-Lemay — Tournée Granby-Europe.

Mentionnons que ce dernier est pour la première fois bonifié cette année d’une résidence artistique d’une dizaine de jours pour préparer la grande tournée. « C’est un projet-pilote, on essaie ça », nous a-t-on confirmé. Lord Byrun se rendra donc à Nantes à l’hiver 2019 en prévision de la tournée prévue en 2020.

Le lauréat originaire de Regina se dit d’ailleurs très heureux de pouvoir faire découvrir un brin de sa culture. « Je suis très fier d’être, à ma connaissance, le premier gagnant en provenance des provinces de l’Ouest au Festival de la chanson de Granby. C’était mon rêve de venir ici et, dans mes rêves les plus fous, d’aller aussi loin dans le concours. Je veux que le monde sache qu’on fait de la bonne musique dans l’Ouest, qu’on a quelque chose de spécial et de beau à partager », a-t-il dit dans son « français des Prairies ».

Jessy Benjamin bien récompensé

Même si le « faux pasteur » a remporté les grands honneurs, le « faux crooner » Jessy Benjamin n’est pas en reste puisque tous les prix remis mercredi soir ont été partagés entre eux deux, à l’exception de deux, ce qui nous fait dire que les drôles de bibittes doivent avoir la cote par les temps qui courent.

« J’entendais vraiment beaucoup son nom [à Jessy Benjamin], donc jusqu’à la toute fin, je me disais qu’il n’y avait rien de garanti pour moi », a d’ailleurs souligné Lord Byrun.

Simon Elliot a néanmoins mérité une prestation rémunérée aux Francos de Montréal en 2019, tandis que Laura Lefebvre a été invitée à faire de même aux Jardins Gamelin du Quartier des spectacles le vendredi 31 août prochain.

Fait intéressant à noter : les quatre finalistes de cette année en étaient dans les premiers miles avec leur projet musical avec une moyenne d’environ un an et demi, deux ans au compteur. Le Festival de la chanson de Granby représentait donc pour eux l’un de leurs premiers concours.

Laura Lefebvre n’avait fait que les Francouvertes l’hiver dernier sans se rendre bien loin, de son propre aveu, Jessy Benjamin n’avait que l’expérience du Cabaret Festif! De la Relève de Baie-Saint-Paul à son actif, Simon Elliot avait participé à Ma Première Place des Arts en 2016 et s’était rendu jusqu’aux demi-finales, et Lord Byrun s’est mérité son laissez-passer pour Granby en remportant le Chant’Ouest.