Les coups de coeur de Nathalie Roy

Nathalie Roy n'a plus vingt ans. Elle en a même le double. Ça ne l'a pas empêché de vouloir raconter La vie sucrée de Juliette Gagnon, une photographe fofolle de 25 ans, dans une trilogie de romans féminins dont le premier tome est arrivé en librairie en mai. « J'ai une belle-fille de 29 ans et j'ai aussi quelques amies dans cette tranche d'âge. Avec Facebook, je regarde beaucoup comment ces jeunes femmes s'écrivent, ce que sont leurs préoccupations. Et j'avais envie d'écrire pour elles», explique la Sherbrookoise d'origine.
L'auteure voulait rajeunir son lectorat après avoir parlé aux trentenaires dans sa précédente série à succès, La vie épicée de Charlotte Lavigne. Les péripéties amoureuses et gastronomiques de cette animatrice (et mère de Juliette), ont été imprimées 60000 fois et ses droits ont été achetés par Fabienne Larouche pour une télésérie actuellement en développement pour TVA.
Maintenant qu'elle a roulé sa plume dans la dentelle de la chicklit, cette ancienne journaliste souhaite maintenant l'aiguiser sur un genre «plus sérieux». «J'aimerais écrire un drame qui se déroulerait dans une petite communauté, dont les membres verraient leurs secrets dévoilés. C'est le livre Secret d'été, d'Elin Hilderbrand, qui m'a donné cette envie. Avec la littérature féminine, je suis dans ma zone de confort, mais je souhaite me déstabiliser un peu.»
Terminant les dernières corrections de son deuxième tome sucré, l'auteure, qui vient régulièrement prendre sa bouchée de Cantons, nous fait part de ses coups de coeur touristiques et culturels.
Elle aime...
Cette table où prendre une bouchée:
«J'ai découvert dernièrement la table champêtre Plaisir gourmand, à Hatley. On y cuisine à partir des produits du terroir. J'y ai mangé du bison, des pétoncles mi-cuits et un genre de clafoutis à l'érable, juste assez sucré. Tout était délicieux. Le couple de propriétaires habite à même les lieux, dans une extraordinaire maison ancestrale.»
Cette terrasse où prendre un verre:
«Le Café Bla-bla, au coin des rues Wellington et King, est un incontournable. Cet endroit me rappelle mes sorties avec mes amies, quand j'étais une jeune adulte. On allait boire un Bloody ceasar avant de sortir aux Marches. C'était la plus belle terrasse de Sherbrooke et elle est demeurée presque inchangée.»
Ce lieu où prendre l'air:
« Chaque fois que je viens à Sherbrooke, hiver comme été, je vais marcher autour du lac des Nations. Le parc ne ressemblait tellement pas à ça, quand j'étais petite! Le développement est remarquable. Quand je veux un peu plus de dé s, je vais faire de la randonnée au mont Chauve, dans le Parc national du Mont-Orford. Le sentier de 13kilomètres est assez sportif pour moi.»
Cette boutique où faire des emplettes:
«Chez Joséphine, sur la rue Wellington Nord. J'adore y dénicher des accessoires de cuisine originaux, des trucs très fifilles. J'en ai acheté beaucoup pour mon blogue de découvertes culinaires.»
Ce village où errer :
«East Hereford. Quand j'étais journaliste, j'y étais allée en reportage au sujet d'un vol dans une caisse populaire. J'avais eu un coup de coeur pour l'endroit, niché dans une vallée. C'est petit, il n'y a rien d'autre à faire que de se promener lentement dans les rues, d'admirer les coquettes maisons, toujours bien fleuries en été, et de saluer les gens sur leur balcon. J'aime l'énergie qui s'y dégage.»
Elle partage...
Ce livre qui la suivra cet été:
«Le chardonneret, de Donna Tartt. Son premier roman, Le maître des illusions, avait été un de mes gros coups de coeur littéraires, à sa sortie, en 1992. J'avais moins aimé Le petit copain, paru dans les années 2000, mais il paraît que celui-là est formidable. Les livres de l'Américaine ne sont pas compliqués, mais ils sont denses et riches. Il y a toujours des éléments d'enquête, qui nous tiennent en haleine, mais j'aime surtout sa façon d'approfondir ses personnages.»
Cet album qui jouera dans sa voiture:
«Le treizième étage, de Louis- Jean Cormier. Je l'ai découvert un peu avant La voix, et j'adore sa musique. En plus, il a l'air sympathique.»
Ce film qu'elle ne ratera pas:
«1987, de Ricardo Trogi. Le réalisateur est de ma génération, celle des k-way, alors les souvenirs d'enfance et d'adolescence qu'il évoque dans ses lms sont pareils aux miens! J'avais adoré 1981. J'aime l'humour et la réalisation de Trogi, qui met toujours en scène des personnages atypiques, comme cette mère rock and roll interprétée par Sandrine Bisson.»
Cette série télé qu'elle dévorera lors des jours de pluie:
«J'ai hâte de finir la cinquième saison de Breaking Bad! Au début, je n'embarquais pas tellement dans cette histoire glauque d'un professeur de chimie (joué par Bryan Cranston) qui se lance dans la production de crystal meth, mais j'ai vite été absorbée par l'histoire vraiment originale et très drôle, malgré les apparences. On se trouve toujours sur la ligne, entre le bien et le mal.»
Cette application qu'elle utilise compulsivement:
«Je ne pourrais plus me passer de La Presse +. Tous les matins, je consulte les onglets Arts et Gourmand. C'est là que je vais m'informer, principalement.»
Elle aime...
Cette table où prendre une bouchée:
«J'ai découvert dernièrement la table champêtre Plaisir gourmand, à Hatley. On y cuisine à partir des produits du terroir. J'y ai mangé du bison, des pétoncles mi-cuits et un genre de clafoutis à l'érable, juste assez sucré. Tout était délicieux. Le couple de propriétaires habite à même les lieux, dans une extraordinaire maison ancestrale.»
Cette terrasse où prendre un verre:
«Le Café Bla-bla, au coin des rues Wellington et King, est un incontournable. Cet endroit me rappelle mes sorties avec mes amies, quand j'étais une jeune adulte. On allait boire un Bloody ceasar avant de sortir aux Marches. C'était la plus belle terrasse de Sherbrooke et elle est demeurée presque inchangée.»
Ce lieu où prendre l'air:
« Chaque fois que je viens à Sherbrooke, hiver comme été, je vais marcher autour du lac des Nations. Le parc ne ressemblait tellement pas à ça, quand j'étais petite! Le développement est remarquable. Quand je veux un peu plus de dé s, je vais faire de la randonnée au mont Chauve, dans le Parc national du Mont-Orford. Le sentier de 13kilomètres est assez sportif pour moi.»
Cette boutique où faire des emplettes:
«Chez Joséphine, sur la rue Wellington Nord. J'adore y dénicher des accessoires de cuisine originaux, des trucs très fifilles. J'en ai acheté beaucoup pour mon blogue de découvertes culinaires.»
Ce village où errer :
«East Hereford. Quand j'étais journaliste, j'y étais allée en reportage au sujet d'un vol dans une caisse populaire. J'avais eu un coup de coeur pour l'endroit, niché dans une vallée. C'est petit, il n'y a rien d'autre à faire que de se promener lentement dans les rues, d'admirer les coquettes maisons, toujours bien fleuries en été, et de saluer les gens sur leur balcon. J'aime l'énergie qui s'y dégage.»
Elle partage...
Ce livre qui la suivra cet été:
«Le chardonneret, de Donna Tartt. Son premier roman, Le maître des illusions, avait été un de mes gros coups de coeur littéraires, à sa sortie, en 1992. J'avais moins aimé Le petit copain, paru dans les années 2000, mais il paraît que celui-là est formidable. Les livres de l'Américaine ne sont pas compliqués, mais ils sont denses et riches. Il y a toujours des éléments d'enquête, qui nous tiennent en haleine, mais j'aime surtout sa façon d'approfondir ses personnages.»
Cet album qui jouera dans sa voiture:
«Le treizième étage, de Louis- Jean Cormier. Je l'ai découvert un peu avant La voix, et j'adore sa musique. En plus, il a l'air sympathique.»
Ce film qu'elle ne ratera pas:
«1987, de Ricardo Trogi. Le réalisateur est de ma génération, celle des k-way, alors les souvenirs d'enfance et d'adolescence qu'il évoque dans ses lms sont pareils aux miens! J'avais adoré 1981. J'aime l'humour et la réalisation de Trogi, qui met toujours en scène des personnages atypiques, comme cette mère rock and roll interprétée par Sandrine Bisson.»
Cette série télé qu'elle dévorera lors des jours de pluie:
«J'ai hâte de finir la cinquième saison de Breaking Bad! Au début, je n'embarquais pas tellement dans cette histoire glauque d'un professeur de chimie (joué par Bryan Cranston) qui se lance dans la production de crystal meth, mais j'ai vite été absorbée par l'histoire vraiment originale et très drôle, malgré les apparences. On se trouve toujours sur la ligne, entre le bien et le mal.»
Cette application qu'elle utilise compulsivement:
«Je ne pourrais plus me passer de La Presse +. Tous les matins, je consulte les onglets Arts et Gourmand. C'est là que je vais m'informer, principalement.»