Les coups de coeur de Bet.e

Amatrice de plein air, Élizabeth Provencher s'ennuie de son Sherbrooke adoptif. Maintenant que Bet.e and Stef a repris la route après dix ans de mutisme, la chanteuse partage ses semaines entre la vibrante métropole et la délassante Estrie dont elle apprécie les nuances de vert depuis cinq ans.
Mais la Bet.e ne se plaindra pas que la renaissance de son duo de bossa-nova, concrétisée par la sortie d'un album de remixes électro l'an dernier, suscite la joie et crée la demande dans les festivals cet été... « La réponse est super bonne, tant ici qu'en Europe. Des portes s'ouvrent encore pour nous à l'international. Depuis notre retour, tout se place de façon organique. La pause nous a fait le plus grand bien. Nous avons tellement bien fait de suivre notre instinct, même si nous avions toutes les raisons de douter, à l'époque », dit l'interprète, dont le « nous » inclut le guitariste Stéphane Carreau.
Le tandem, devenu trio en signant le multi-instrumentiste Jay Atwill, se sert de ses spectacles estivaux, tant au Festival de jazz de Montréal (en première partie de la reine du flamenco Buika) qu'au Festival d'été de Québec et à la Fête du lac des Nations le 18 juillet  prochain, comme d'un laboratoire pour expérimenter de nouvelles potions musicales.
Si tout va bien - et tout semble bien aller - un nouvel album de pièces originales devrait être enregistré cet automne et lancé le printemps prochain. Une prévente est en cours sur l'internet. « En jouant les chansons devant public, elles se placent tout naturellement. Nous pouvons donc les faire évoluer avant d'entrer en studio. Les gens vont retrouver les harmonies vocales, la guitare acoustique, les rythmes latins, mais dans une facture plus soul et folk. »
Une musique avec encore plus de couleurs, donc, pour la chanteuse à la tête rouge. Tant qu'il reste du vert dans sa vie...
<p>La nouvelle microbrasserie Siboire.</p>
Cette table où prendre une bouchée:
« Stéphane Lo Ré, propriétaire du restaurant Lo Ré, est un véritable artiste de la cuisine. Je respecte énormément ses goûts et je lui fais pleinement confiance. C'est le genre de chef à qui tu peux demander de te préparer n'importe quoi, et tu sais que ce sera bon. Il m'a un jour improvisé un plat cru et frais, avec des pétoncles, et c'était sublime. »
Cette terrasse où prendre un verre:
« Le Siboire est toujours un bon endroit pour sortir. J'adore le style et la vision de ces jeunes entrepreneurs, qui ont valorisé un lieu abandonné pour ouvrir leur microbrasserie. Ils ont visé juste. Je les vois comme des artistes, ils portent attention au design, au décor, à l'image... et leur bière est bonne! Je suis très contente aussi qu'ils ouvrent prochainement une deuxième adresse près du parc Jacques-Cartier. Quand j'y vais, je les laisse toujours me suggérer leur nouveau produit, leur bière de saison. »
Ce lieu où prendre l'air:
« Toutes les rivières estriennes. Je suis une adepte de planche à pagaie. Sherbrooke est un endroit parfait pour en faire. L'autre jour, par exemple, je suis entrée à l'eau juste en dessous du parc Jacques-Cartier et j'ai navigué jusqu'au parc Blanchard. Je me suis longuement arrêtée pour observer un castor, dans les nénuphars. Et j'étais en pleine ville! »
Cette boutique où faire des emplettes:
« t.a.f.i. et compagnie, une boutique socialement responsable du centre-ville de Sherbrooke. Les employés, souvent immigrants, sont en intégration au travail. Ils vendent des vêtements faits à partir de matières récupérées (par l'organisme Récupex) et aussi des produits d'artisans indépendants et des collections équitables. J'y ai notamment acheté un très beau sac à main fait à partir de cuir récupéré. »
Ce village où errer:
« Ce n'est pas un village, mais Coaticook est un bel endroit à découvrir. Je me promettais depuis quelque temps de retourner manger une crème glacée à la laiterie et marcher au parc de la Gorge. C'est certain que j'irai cet été pour voir la nouvelle attraction de Moment Factory, Foresta Lumina. Il est très intrigant, ce parcours lumineux. J'aime l'idée d'ajouter de la poésie dans des lieux naturels. Sherbrooke le fait aussi très bien. »
Cet album qui jouera dans sa voiture:
« Toutes les pistes, les démos, les petits bouts de chansons que nous enregistrons pour notre prochain album. Nous passons beaucoup de temps aussi à réécouter nos spectacles, pour voir si les arrangements fonctionnement bien. Notre album de remixes est aussi une parfaite trame sonore d'été, je crois. En tout cas, les propriétaires de terrasses et de bars nous remercient de l
<p><em>Lilyhammer</em>, avec Steven Van Zandt.</p>
'avoir sorti! »
Ce film qu'elle ne ratera pas:
« J'ai hâte de voir Les vacances du petit Nicolas. Non pas parce que j'ai lu les livres quand j'étais petite, mais parce que j'adore les acteurs, dont Valérie Lemercier que je n'ai pas vue au cinéma depuis longtemps. Je suis un bon public pour les comédies françaises, comme Tatie Danielle et Bienvenue chez les Ch'tis. Je sens que celle-là me fera bien rire. »
Cette série télé qu'elle dévorera lors des jours de pluie:
« C'est déjà fait! J'ai dévoré la série norvégienne Lilyhammer, produite par Netflix. Ça se regarde un peu comme la suite de The Sopranos. L'acteur principal, Steven Van Zandt, jouait d'ailleurs un des proches partenaires de Tony Soprano. Dans cette comédie, il incarne un gangster de New York qui a témoigné contre la mafia et se retrouve sous un programme de protection. Il décide de s'exiler à Lillehammer, juste parce qu'il a vu la ville aux Olympiques. C'est tellement drôle, et pourtant, les acteurs jouent sérieusement. C'est très bien écrit. »
Cette application qu'elle utilise compulsivement:
« Netflix, justement. Je me branche avec mon iPad n'importe où et à n'importe quel moment, pour regarder n'importe quoi. Quand je reviens d'un spectacle, je me fais à manger, je m'installe devant l'écran et je me détends en regardant des films ou des séries. »