Les participants aux Correspondances d'Eastman peuvent s'installer dans des lieux fort inspirants pour écrire des lettres qui seront envoyées à un destinataire de leur choix. L'événement lancé hier se poursuit jusqu'à dimanche et propose une panoplie d'activités littéraires aux festivaliers sous l'inspirant thème : habiter le paysage.

Les Correspondances habitent Eastman

La 14e édition des Correspondances d'Eastman s'est amorcée avec un court épisode de pluie jeudi matin. Le soleil est cependant vite réapparu dans les heures qui ont suivi. De quoi ravir les organisateurs et les festivaliers, qui ont commencé à déambuler dans les rues du village dès le début de la matinée. De nombreux de visiteurs provenant de l'extérieur de l'Estrie participent tous les ans aux Correspondances d'Eastman. La Tribune a même croisé jeudi une fillette habitant Hong Kong dans un des jardins d'écriture de l'événement.
« J'aime écrire et c'est le genre d'événement qui me plaît », a confié la jeune Lola Kucher, actuellement en visite chez sa grand-mère, qui habite la région.
Pour coucher quelques phrases sur le papier, la jeune fille s'était installée sous un large parasol en bordure de l'eau, non loin d'un imposant viaduc ferroviaire. Un paysage digne d'une carte postale.
À cet endroit, on retrouve le jardin d'écriture appelé la Petite Autriche. L'ancien député André Reidl est le propriétaire des lieux. Il se fait un plaisir de rendre sa propriété accessible aux festivaliers à tous les ans pendant les Correspondances. Il profite même de l'occasion pour exposer une partie de sa collection personnelle de malles et de coffres.
« On a une belle propriété est c'est plaisant de l'ouvrir au public, lance M. Reidl. En plus, je suis fier de prendre part à l'événement. C'est une des fiertés culturelles de notre village. »
De nouveaux participants
Dans un joli parc au coeur du village, la présidente de la Fédération québécoise du loisir littéraire (FQLL), Diane Robert, offrait un atelier d'écriture jeudi matin. Elle se montrait surprise de la participation du public.
« Il est 11 h et j'ai déjà reçu plus de 30 personnes. C'est beaucoup plus populaire qu'on l'aurait cru », a confié Mme Robert, visiblement satisfaite de l'intérêt démontré.
Si elle s'avouait surprise de la participation du public, la présidente de la FQLL notait toutefois que les Québécois sont relativement nombreux à s'adonner au loisir littéraire. « Tellement de gens écrivent bien. Vous savez, je rencontre régulièrement des gens qui ont un vrai talent pour l'écriture et qui seraient capables de publier. »
Ayant composé ses premiers poèmes dès l'âge de six ou sept ans, Ana Maria Tanguay a pris part à l'atelier d'écriture proposée par la FQLL hier. Cet atelier lui aura permis de goûter aux Correspondances.
« On est de Saint-Hyacinthe et on passe trois jours dans le coin, a confié cette jeune maman. Avec ma fille, ce n'est pas simple de participer à plusieurs des activités offertes dans le cadre de l'événement. Mais je voulais en vivre au moins une et c'est ce que j'ai fait ce matin. »
Retour à Eastman
Aussi rencontrée au coeur du village, Diane Pilon racontait pour sa part avoir travaillé au Théâtre la Marjolaine au milieu des années 1980. « Je n'étais pas revenue ici depuis cette époque. Je trouve que l'endroit a changé. On sent que les gens sont fiers et c'est sûrement en partie lié aux Correspondances », a-t-elle suggéré.
Habitant les Laurentides, Mme Pilon s'était laissée convaincre d'aller à Eastman par sa cousine Marie-France Marcil, une enseignante qui réside dans la grande région de Montréal.
« C'est une première visite pour moi. J'entends parler de cet événement depuis longtemps. Cela dit, c'est vraiment le spectacle de Marie-Thérère Fortin aux Correspondances (présenté hier soir) qui nous a attirées. J'aurais aimé vois son spectacle à Montréal, mais ça n'avait pas été possible. J'ai donc saisi cette nouvelle chance », a-t-elle expliqué.
Ajoutons en terminant que, de 10 h à 16 h vendredi et samedi, une activité intitulée Poème en cordillère sera présentée dans les jardins du village. Tous les festivaliers auront la chance de contribuer à l'oeuvre collective qui sera rédigée.
Vous voulez y aller ?
Correspondances d'Eastman
Jusqu'au 7 août
Programmation : lescorrespondances.ca