Ébranlé par les feux de forêt en Australie, Arthur L’aventurier lance ces jours-ci son nouveau DVD et son nouveau spectacle inspiré de son voyage là-bas, en septembre dernier. Le désastre survenu en janvier vient rappeler l’importance de son discours depuis ses débuts, avant même la mode du plein air ou la prise de conscience de l’existence d’une crise climatique. « Je chante la nature et l’importance de prendre soin de la planète depuis 25 ans. Je pense qu’on le voit concrètement aujourd’hui », conclut celui qui a composé plus de 160 chansons.

Les beautés disparues de l'Australie

Arthur L’aventurier (de son vrai nom François Tremblay) ne se doutait pas, lors du tournage de son film Au bout du monde en Australie en septembre, que le décor et les animaux qui sont en vedette dans son nouveau DVD seraient bientôt menacés ou consumés par les flammes. Celui qui s’est donné la mission, il y a près de 25 ans, d’éveiller la curiosité des petits devant la beauté de leur environnement naturel croit que son message n’a jamais été aussi pertinent.

« Le film est un portrait de la beauté de ce pays. Jamais je n’aurais pensé que, finalement, on filmait quelque chose qui disparaîtrait juste après notre départ. C’est malheureux, mais les gens ont souvent besoin d’un choc pour agir. Après avoir vu la biodiversité unique de ce beau pays dans mon film, je crois que les gens seront sensibilisés et qu’ils entendront le cri d’alarme », explique François Tremblay, qui se sert de son personnage pour toucher les enfants, donc les décideurs de demain qui mettront en place les politiques environnementales du futur. 

Rappelons qu’en quelques semaines, plus de 10 millions d’hectares de forêt australienne ont été réduits en cendre, 1,25 milliard d’animaux ont brûlé vifs et un important patrimoine écologique a disparu. 

« On aime ce qui nous a émerveillés, et on protège ce que l’on aime », cite le Sherbrookois d’origine, qui a découvert les richesses du milieu naturel en passant les fins de semaine de son enfance à jouer dans les bois de Stoke, en Estrie.

vétérinaire débordée

Dans Au bout du monde en Australie, le douzième film du grand explorateur, Arthur est accompagné de nouveaux complices : Jade, qui travaille comme vétérinaire dans un refuge pour animaux blessés, Matéo, son complice soigneur animalier, et Finlay, 5 ans, qui adore la nature. 

« Le personnage de la vétérinaire est interprété par Jade Kingsley, une vraie vétérinaire originaire du Québec qui vit en Australie depuis dix ans, et Finlay est son fils. Avec la tragédie des derniers mois, elle est débordée ces jours-ci. On se parle tous les deux jours », précise celui qui habite maintenant dans la région de Québec.

En plus de découvrir les koalas et les kangourous, Arthur L’aventurier croise la route de dingos, d’ornithorynques, de crocodiles et d’autres animaux typiques de l’Australie. 

« C’est fascinant de voir des animaux qui existent uniquement dans ce pays mythique. Et certains, comme les ornithorynques, qui ont côtoyé les dinosaures. »

Arthur L’aventurier va aussi à la rencontre des aborigènes, présents depuis 50 000 ans. « J’ai eu la chance de jouer de la guitare et de chanter avec eux autour du feu. Ç’a été super intéressant. Ce sont des gens qui vivent en harmonie et en étroite collaboration avec la nature. J’ai appris beaucoup auprès d’eux. Ç’a été une aventure au bout du monde, mais aussi au bout de moi-même. »

Le rendez-vous avec les aborigènes a failli ne pas avoir lieu. « Le premier groupe que l’on devait rencontrer au rocher Uluru, aussi appelé Ayers Rock, ne s’est jamais présenté, explique-t-il en riant. Ces gens vivent sans montre et n’ont pas la notion du temps. Ou peut-être qu’ils avaient quelque chose d’autre à faire ce jour-là, à notre grand désespoir. Par chance, on a trouvé un autre groupe qui a été très généreux avec nous. »

45 degrés Celsius

L’équipe de tournage a fait le tour de l’Australie, passant de l’humide forêt tropicale au sec désert où les températures pouvaient atteindre 45 degrés Celsius.

« On est allés filmer les crocodiles marins, les plus gros reptiles du monde, sur la Mary River au nord de Darwin. Disons que j’ai vécu de fortes émotions seul dans ma chaloupe. On a aussi filmé les kangourous sur des plages qui ont maintenant été dévastées. » 

Alors que le nouveau film musical d’Arthur L’aventurier sera en vente dès le 4 février, le nouvel album numérique du même nom arrivera le 7 février. Quant au spectacle Arthur L’aventurier au bout du monde en Australie, il sera présenté partout au Québec à partir de dimanche.

Arthur L’aventurier accessible autrement

Les petits aventuriers peuvent maintenant écouter des histoires et chansons d’Arthur L’aventurier sur la nouvelle application mobile de Radio Canada, OHdio. 

Une nouvelle série sera également en ligne sur TOU.TV dès le 12 février : Les animaux du monde en Australie. 

La saison 3 de la série Les trésors d’Arthur L’aventurier sera en ondes à la télévision de Radio-Canada chaque samedi à 7 h dès le 11 avril.

Les clips des DVD des aventures dans les Rocheuses, au Costa Rica et en Afrique sont en ligne sur YouTube.


Vous voulez y aller?

Arthur L’aventurier

Dimanche 2 février, 14 h

Vieux Clocher de Magog

Entrée : 18 $