Le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault était de passage à Sherbrooke jeudi et il a profité de l’occasion pour souligner les travaux réalisés au Musée d’histoire de Sherbrooke. Il était entouré du conseiller Paul Gingues, de la ministre Marie-Claude Bibeau, de la députée Élisabeth Brière et du maire Steve Lussier.

Les archives mieux protégées

Avec environ un an de retard, la Ville de Sherbrooke et le ministère du Patrimoine canadien ont souligné la fin de travaux de 2 055 000 $ au Musée d’histoire de Sherbrooke jeudi. Les archives de grande valeur qui y sont conservées y sont maintenant mieux entreposées.

Après la réfection des fondations et du drainage, des travaux majeurs de restauration patrimoniale de l’enveloppe, des corniches et des lucarnes du bâtiment du 275, rue Dufferin, ont été effectués.

« On y est allé pierre par pierre pour s’assurer que chaque pierre était bien posée et nous avons imperméabilisé l’enveloppe pour nous assurer que l’immeuble puisse rester debout. Il ne menaçait pas de s’effondrer, mais il était urgent de procéder à des rénovations en raison des infiltrations que nous connaissions. Maintenant, ce sera plus facile d’organiser des expositions, des rendez-vous, des conférences, dans un lieu accueillant et accessible », résume le président du conseil d’administration du Musée d’histoire, Jean Therriault.

« Il est vrai que nous avons pris plus de temps que prévu, mais nous ne voulions pas faire d’erreurs. Dans un édifice comme celui-ci, de 1885, il est normal qu’il se présente des difficultés. Ça nous a amenés à décaler certaines expositions, mais ce temps nous a permis de réfléchir davantage à notre nouvelle exposition permanente. Ç’a été un mal pour un bien. Nous avons aussi pu réfléchir à notre raison sociale : nous sommes passés de la Société d’histoire de Sherbrooke au Musée d’histoire de Sherbrooke. »

Pendant les travaux, des infiltrations d’eau au sous-sol sont survenues. « Pour nos archives, c’est très dommageable. Elles doivent normalement être tenues dans des endroits avec un taux d’humidité le plus bas possible. Il a fallu travailler rapidement pour protéger et remettre en état des documents très précieux, entre autres de vieux journaux dont il ne reste souvent qu’une seule copie papier. »

Premier bâtiment fédéral

Le maire Steve Lussier estime que la Ville se devait de procéder aux travaux rapidement. « Il s’agissait non seulement de conserver un bâtiment, mais aussi les archives papier qui sont la mémoire de notre parcours sherbrookois. Notre histoire est maintenant bien protégée. Les travaux s’inscrivent d’ailleurs dans la revitalisation du centre-ville. »

Selon M. Lussier, le 275, rue Dufferin était le premier bâtiment fédéral construit à Sherbrooke. Il s’agissait alors du Bureau de poste et de douanes de Sherbrooke.

Présente pour souligner la contribution de Patrimoine canadien de 1 027 500 $, la députée et ministre Marie-Claude Bibeau a pour sa part évoqué un souvenir de jeunesse, alors qu’elle se rendait dans cet édifice qui abritait à ce moment la bibliothèque de Sherbrooke.

Le président du comité de la culture, Paul Gingues, s’y rendait pour emprunter des 33 tours.

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, a souligné que depuis 1927, le Musée d’histoire de Sherbrooke « rend la région plus dynamique, plus vivante ».

Selon Jean Therriault, de nouveaux travaux seront nécessaires à l’intérieur du bâtiment du Musée d’histoire, notamment pour remédier à des problèmes de chauffage et de climatisation. Aucun échéancier n’a été planifié pour le moment. Le maire Steve Lussier rapporte que le dossier sera étudié quand il lui sera apporté.