Béatrice Martin, alias Coeur de pirate, a remercié à plusieurs reprises son public samedi soir au Théâtre Granada pour sa présence.

Les amours s'envolent, le public reste

CRITIQUE / Ça fait 10 ans que Béatrice Martin - alias Coeur de pirate - donne des spectacles. «J'ai commencé jeune, et j'ai grandi avec mon public. Il y a probablement des gens dans la salle qui ont commencé à m'écouter quand ils étaient enfants, et qui ont maintenant 20 ans! C'est vraiment l'fun, merci d'être là», a lancé la chanteuse à la foule venue la voir au Théâtre Granada samedi.

Cette thématique d'un public qui reste alors que les amours s'envolent (plusieurs de ses chansons traitant de relations du passé) est d'ailleurs revenue à quelques reprises au cours du spectacle.

«La prochaine chanson que je vais faire est difficile à chanter, mais je vais la réussir grâce à vous», s'est-elle par exemple exclamée avant Je veux rentrer, tirée de son dernier opus En cas de tempête, ce jardin sera fermé.

La relation de connivence s'est maintenue tout au long du spectacle, tout particulièrement lors de la partie solo, alors que les musiciens se sont retirés pour la laisser seule au piano. 

Par exemple, avant de jouer City Lights Cry, pièce composée avec son ex Jay Malinowski : «Je ne voulais plus la jouer, parce que mes chansons avec Coeur de pirate parlent souvent contre mes ex. Alors jouer une chanson écrite avec un ex... c'est comme contre-productif? C'est comme donner des royautés à quelqu'un dont tu te fous!» a-t-elle dit en rigolant avant d'entamer la chanson, précisant qu'en 2018, elle n'est plus rancunière.

Même chose pour Place de la République, un classique de son répertoire, qui fait référence à une personne qui l'a quittée. «Au moins, j'en ai fait une carrière», a-t-elle lancé avant de demander aux spectateurs de chanter avec elle.

En tout cas, son public lui a bien retourné cette vague d'amour : il a chanté avec elle les succès de son premier album (Comme des enfants, Ensemble, Francis, C'était salement romantique...), ses titres sortis cette année (Combustible, Prémonition, Dans les bras de l'autre...) et tout le reste (Golden Baby, Crier tout bas, Adieu, Dans la nuit...).

Il l'a même applaudie pour l'encourager lors d'un petit problème technique, alors que ses écouteurs ont cessé de fonctionner et qu'ils ont dû être remplacés (ce qui n'a pris que quelques secondes).

Garder la forme

Début 2018, lors de la sortie de l'album En cas de tempête, ce jardin sera fermé, on a beaucoup parlé dans les médias des problèmes de santé de l'auteure-compositrice-interprète, qui avait été éprouvée par le stress et la maladie lors de sa dernière tournée qui comptait environ 250 spectacles en un an. 

Justement, il y a quelques jours, Béatrice Martin a publié sur Instagram un message soulignant l'importance du bien-être mental et de la préparation physique pour pouvoir performer à une cadence telle que la sienne. Elle remerciait notamment sa nouvelle entraîneuse, dont le soutien lui permet de pouvoir danser sur scène aussi souvent.

Parce qu'il faut le souligner : c'est une Coeur de pirate dynamique que l'on retrouve dans ce spectacle. Débordante d'énergie dans sa robe rose, chaussée d'espadrilles blanches, elle s'éclate visiblement tout au long de la prestation. Lors de Golden Baby, elle gambade carrément sur scène; elle danse intensément sur Crier tout bas et grimpe dans les escaliers de son décor pour Prémonition. Même quand elle joue seule au piano, elle lève les bras, sourit au public dès que la pièce se termine; c'est beau de la voir aussi épanouie.

Coeur de pirate sera à Gatineau et à Toronto la semaine prochaine. Ensuite, elle s'envole pour la France pour une portion européenne de sa tournée; les dates au Québec recommencent à la mi-novembre.