Bernard Caza
Bernard Caza

Le Vieux Clocher vise une réouverture le 11 juillet

Le Vieux Clocher de Magog se prépare à « repartir la roue » avec la présentation de spectacles de chansons et d’humour dès la mi-juillet.

Son directeur général Bernard Caza a confiance que les mesures de distanciation seront assouplies d’ici quelques semaines, de sorte que des ententes ont déjà été conclues ces derniers jours avec quelques artistes qui ont accepté avec enthousiasme de monter sur la scène du Vieux Clocher afin de reprendre contact avec le public

« On est très occupé à repartir la roue, on a de la broue dans le toupet », a déclaré M. Caza lorsque joint par La Tribune mercredi après-midi. 

« On vient de finaliser quelques ententes avec des artistes en chanson, on est en pourparlers avec quelques humoristes pour notre volet humour. Ça bouge beaucoup! »

Parmi les artistes de la chanson, M. Caza cite les noms de Marc Hervieux, Bernard Adamus, Émile Bilodeau ainsi que les 2 Frères, alors qu’en humour, les noms de Jean-François Mercier et Michel Barrette pourraient être annoncés au cours des prochains jours.

« On sent qu’il y a un engouement présentement à l’idée que les choses repartent. Autant du côté des artistes que du public, on sent que tout le monde a envie que les spectacles reprennent avec l’été qui s’en vient. C’est ce qu’on veut offrir. »

Selon M. Caza, le Vieux Clocher sera en mesure d’accueillir près de 200 spectateurs par spectacle au fur et à mesure que les consignes de distanciation évolueront. « J’ai bien écouté les propos de la ministre et j’ai bon espoir qu’on va finir par les assouplir », dit-il.

Suzanne-Marie Landry directrice général et artistique du Granada.

En attente

Ailleurs en Estrie, les autres salles de spectacles n’envisagent aucune réouverture pour le moment.

Au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, on indiquait mercredi être toujours en attente de consignes de la part du gouvernement, notamment de la santé publique.

« Quand nous serons en mesure d’obtenir un protocole précis et les conditions favorables pour un retour aux activités de diffusion normales, nous pourrons remettre en marche notre programmation de spectacles, a souligné l’équipe du Centre culturel par voie de communiqué. À ce jour, cette perspective est imprécise et pose son lot de défis. » 

Dans ce contexte, le Centre culturel a annoncé avoir pris la décision d’annuler ses abonnements réguliers pour la saison 2020-2021. Cette décision a pour effet que les habituelles séries Chanson, Week-ends de l’humour, Mercredis au théâtre, Grandes sorties au théâtre, À la carte, Danse, Cirque et Choux-Bizz ne seront pas proposées l’an prochain. Une formule d’abonnement adaptée aux circonstances pourrait éventuellement être proposée au public « au moment où des scénarios plus précis pourront être établis », a indiqué le Centre culturel.

Philibert Bélanger, directeur général et de la programmation de La Petite Boîte Noire de Sherbrooke

Centre-ville

Tout comme le Centre culturel, le Théâtre Granada ne prévoit pas non plus rouvrir ses portes à court terme. Là comme ailleurs, on estime que les consignes en matière de distanciation physique ne permettent pas une reprise des activités de manière optimale.

« À l’heure actuelle, avec les directives en vigueur, on ne pourrait pas accueillir plus de 50 spectateurs. Pour une salle de 1200 places, ce n’est pas pensable de présenter des spectacles avec si peu de monde », souligne la directrice générale du Granada, Suzanne-Marie Landry. 

Outre l’annulation de nombreux spectacles, Mme Landry a indiqué que la pandémie a aussi entraîné la mise à pied de 90 employés parmi le personnel du Granada. Quatre employés seulement sont demeurés en poste.

« On a gardé notre billetterie ouverte de façon à pouvoir rembourser tout le monde. On a aussi gardé des employés à l’entretien et à la comptabilité. On veut être prêt lorsque les directives nous le permettront. »

Même écho du côté de la Petite Boîte noire, rue Meadow, où son directeur général, Philibert Bélanger, dit qu’il est « trop tôt » pour parler de réouverture.

« La seule chose qu’on a faite jusqu’à maintenant, ç’a été de configurer la salle pour voir de quoi elle aurait l’air en tenant compte du 1,5 mètre de distanciation, mais c’est à peu près tout. Ce qu’on vise, c’est davantage une réouverture vers la mi-juillet, mais encore là, dans quelles conditions? »