En première partie, le jeune Émile Bilodeau est arrivé sur la scène Loto-Québec sans aucun complexe

Le soleil se pointe juste à temps

Si les nuages ont plané au-dessus de la tête des Sherbrookois tout au long de la journée, le soleil, lui, s’est pointé le bout du nez juste à temps pour le début de la Fête du lac des Nations, en toute fin de journée. Ces rayons ont certainement plu aux milliers de festivaliers qui sont venus apprécier la musique d’Émile Bilodeau et de La Chicane, des succès pour débuter la 37e édition.

Les Sherbrookois ont été nombreux à répondre à l’appel du groupe La Chicane, qui, dès son entrée en scène, a su rendre la foule bruyante. Lorsqu’il a été présenté par Boom Desjardins, le guitariste Dany Bédar a reçu une chaleureuse dose d’amour des festivaliers, ce qui n’a pas passé inaperçu. 

Bédar a immédiatement salué la foule avec un court solo de guitare, suivi de la pièce Viens donc m’voir.

Les succès du groupe se sont ensuite enchaînés, au grand plaisir des festivaliers.

La chimie n’a clairement pas été difficile à retrouver entre Boom Desjardins, qui s’est même permis de donner un bec sur la joue de son guitariste. Le leader de La Chicane a même réussi à amener Éric Maheu de Kaïn.


Les gars de La Chicane sur scène.

L’énergie de Bilodeau

En première partie, le jeune Émile Bilodeau est arrivé sur la scène Loto-Québec sans aucun complexe. L’artiste de 22 ans, accompagné de trois musiciens, a réchauffé la foule avec l’un de ses récents succès, Tu me dirais-tu. C’est à sa troisième chanson, Crise existentielle que la foule s’est réellement dégourdie, dansant et chantant avec l’artiste.

Émile Bilodeau, comme à son habitude, a souvent fait rire les milliers de spectateurs avec ses blagues plutôt crues. Durant le spectacle, le chanteur a semblé s’amuser autant – sinon plus – que les spectateurs, y allant de nombreux pas de danse et de simagrées comiques.

Les spectateurs ont semblé apprécier la chose, signalant leur enthousiasme lors des apartés de l’artiste.

Les festivaliers heureux

François Labrie assiste religieusement aux spectacles de la Fête du lac des Nations. Il compte assister encore à tous les spectacles de la 37e édition. « Je viens chaque jour, chaque année. Je viens tôt pour avoir une bonne place et une bonne vue. Je connais un peu La Chicane, mais je ne connais pas Émile Bilodeau. Je fais des découvertes, comme chaque année », soutient-il.

Une autre habituée, Lucie, a participé à toutes les éditions de la Fête. « J’aime l’évolution. Plus ça va, plus il y a de kiosques et de monde. Je trouve ça exceptionnel. J’aime les spectacles et les feux d’artifice », commente-t-elle, ajoutant qu’elle ne serait pas gênée si le prix des laissez-passer montait dans les prochaines années.

Pour Mélanie et Bertin, une sortie en amoureux s’impose lors de la Fête du lac. Cette tradition dure depuis environ huit ans. « On est venus pour La Chicane au départ, mais je suis super contente de voir Émile Bilodeau. On fait une sortie d’adultes et l’on revient dans la semaine avec les enfants », sourit la maman.

Aide financière

En début de soirée, le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière de 115 000 $ pour la 37e édition de la Fête du lac des Nations.

« C’est une bonne nouvelle et je suis content, car nous n’étions pas reconnus à notre juste valeur, commente le directeur général et artistique de l’événement, Jean-Pierre Beaudoin. On mérite ce que l’on a aujourd’hui. C’est une question d’assurer une pérennité. On a investi sur des écrans DEL et on a relevé la scène. C’est une expérience plus intéressante pour le festivalier cette année. »