Une décision sera prise très rapidement quant à la tenue ou non du Sherblues en 2020.
Une décision sera prise très rapidement quant à la tenue ou non du Sherblues en 2020.

Le Sherblues sur la glace

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Une décision sera prise très bientôt concernant l’édition 2020 du Sherblues qui doit se dérouler du 8 au 12 juillet. Une annulation complète semble toutefois être la solution envisagée pour l’instant.

« L’idéal serait de reporter la programmation 2020 en 2021, admet Suzanne-Marie Landry, directrice générale et artistique d’Animation Centre-Ville. Peut-être qu’on aurait une fenêtre au mois d’août, mais il faudrait discuter avec la Ville. Je pense que le plus sage serait de reporter à l’an prochain, mais on n’est pas là encore. On est pas loin par contre. »

Une décision sera prise très rapidement quant à la tenue ou non du Sherblues en 2020.

« On va convoquer une réunion du CA lundi pour qu’on prenne une décision le plus tôt possible, indique Mme Landry. On ne peut pas décider ça au mois de juin pour le mois de juillet. Il faut qu’on se positionne rapidement. »

L’Équipe Spectra a annoncé vendredi que l’édition 2020 du Festival international de jazz de Montréal (FIJM) et celle des Francos de Montréal n’auront tout simplement pas lieu, tandis que le Festival Juste pour rire est reporté à l’automne. Ces annulations compliquent la tâche de Sherblues puisque de nombreux artistes passaient par Montréal avant de faire un arrêt en Estrie.

Et même si la pandémie et le confinement sont terminés au mois de juillet, rien n’indique que l’événement sera un succès.

« Je pense que les gens vont avoir envie de sortir aussi, rétorque Mme Landry. Mais c’est certain qu’il va y avoir certaines craintes si la pandémie n’est pas complètement terminée. »

Du côté de la Fête du lac des Nations, on refusait de parler d’annulation ou de report vendredi. Jean-Pierre Beaudoin, directeur général et artistique, a confirmé que les organisateurs suivaient la situation de prêt et que les employés travaillaient comme si l’événement allait avoir lieu. La Fête du lac des Nations est prévue du 14 au 19 juillet.

En réaction à Pierre Avard

Suzanne-Marie Landry a tenu à réagir aux propos du conseiller municipal Pierre Avard qui a suggéré vendredi que la Ville pourrait aller chercher de l’argent en « récupérant les montants versés pour certaines fêtes ou certains événements (voir autre texte). » 

« Quelqu’un qui dit ça, c’est quelqu’un qui est ignorant de la situation, lance Mme Landry. Quand l’événement se termine le 12 juillet, on commence le lendemain à travailler sur l’année suivante. Quand on est rendu à l’événement, la majorité des dépenses sont déjà engagées. Il y a des engagements qui ont été pris et on ne peut pas se retirer comme ça. Et là il faut tout défaire, on n’est pas assis à ne rien faire. »