La foule était en feu pour la performance de Matt Holubowski, jeudi, sur la grande scène de la rue Wellington Sud.

Le Sherblues en feu... sous la pluie

Même si l’orage a fait fuir une partie des spectateurs, Matt Holubowski a offert une performance généreuse sur la grande scène, pour cette deuxième journée du festival Sherblues et Folk. Il a même promis qu’il allait revenir après une pause, avec du contenu encore meilleur, même si celui qu’il a livré jeudi a largement plu à la foule.

« Bravo aux courageux, ça c’est de vrais festivaliers », a-t-il lancé. Ses paroles n’ont fait que motiver encore plus les Sherbrookois, déjà agités. Il a d’ailleurs remercié Sherbrooke d’être toujours en feu, lors de ses visites, même sous les orages.

Lire aussi: Foule record au Sherblues et Folk

Il y avait peut-être un peu moins de monde que la veille, mais l’espace extérieur était tout de même rempli. À la suite des constats de la première soirée de ce neuvième Sherblues, l’organisation a agrandi l’entrée vers l’arrière de la scène. « On a fait venir un camion, on a étendu ça à bras aujourd’hui sous la grosse chaleur », raconte Suzanne-Marie Landry, directrice générale et artistique du Sherblues et du Granada.


«  La foule nous a pris par surprise, mais on s’adapte.  »
Suzanne-Marie Landry
Matt Holubowski a performé sous la pluie par moments, jeudi, pour la deuxième journée du festival Sherblues et Folk.

L’espace pour entrer et sortir du site est maintenant plus grand, pour faciliter la circulation. Des barrières et de la sécurité ont aussi été ajoutées au même endroit. « La foule nous a pris par surprise, mais on s’adapte », ajoute la directrice, expliquant l’heureux problème rencontré.

Gabrielle Shonk et ses surprises

Celle qui est moitié Québécoise, moitié Américaine a bien réchauffé la scène, avant l’arrivée d’Holubowski. « C’était trop le fun, on a adoré ça, on va revenir c’est sûr! Il fait très chaud, mais j’aime mieux ça que de la pluie ou du froid », confie-t-elle à La Tribune. Elle qui a pu performer avant que le ciel ne gronde. D’ailleurs, pendant le spectacle la chanteuse a rigolé avoir le cerveau ramolli par la chaleur : elle a oublié les vêtements de promotion et ses CD à vendre, à Québec.

Pour se faire pardonner, son spectacle cachait quelques surprises. Elle a offert un beau moment de complicité en partageant la scène avec son père, un bluesman dans l’âme, le temps d’une chanson. « C’était super d’avoir mon père avec moi sur scène », a-t-elle partagé.

Au plaisir de ses fans, Gabrielle Shonk a aussi interprété une nouvelle chanson pour une première fois en direct, fraîchement écrite depuis quelques jours. La chanson est si récente, qu’elle ne possède pas encore son titre.

Le spectacle de Gabrielle Shonk a révélé quelques surprises, jeudi.

Ailleurs

À l’intérieur, le dynamique groupe Quebec Redneck Bluegrass Project a fait résonner sa musique au Théâtre Granada. Plus de 700 personnes s’étaient procuré un billet. Vendredi, il laisse la place à Eric Bibb, dès 20 h. Quant à Soran, il a rempli le Café Bla-Bla, pour toute la durée de son spectacle qui commençait vers 18 h.

Sur la rue Wellington Sud, ce sera au tour de Stéphane Moraille et Yan Perreau de chauffer la grande scène vendredi, pour la troisième journée du festival.