Normand Baillargeon, président d’honneur du Salon du livre de l’Estrie, Rodney Saint-Éloi, de Mémoire d’encrier, Marie-Ève Cardin, responsable de la programmation et Émilie Pinard, directrice générale.

Le Salon du livre célèbre ses 40 automnes

Le Salon du livre de l’Estrie a la quarantaine heureuse. La fête littéraire, qui a connu sa première édition en 1978 au Manège militaire de Sherbrooke, célèbre cette année ses 40 automnes du 11 au 14 octobre au Centre de Foires, sous la présidence d’honneur de l’auteur et philosophe Normand Baillargeon.

« J’y serai en tant qu’auteur, mais aussi en tant que lecteur parce que c’est toujours un plaisir d’aller à la rencontre des écrivains que j’admire, dans différents créneaux littéraires. Au fond, c’est le livre le véritable président d’honneur de pareil événement qui nous rappelle l’importance de la lecture », exprime celui pour qui les livres ont une importance sociale, politique et esthétique extrêmement grande.

« C’est avec eux qu’on tisse des voiles qui nous permettent d’aller à la rencontre d’autrui, et parfois de nous-mêmes, de manière inattendue. On a besoin de la lecture, de ce qu’elle nous apprend, de ce qu’elle nous apporte. C’est une porte sur l’humanité. J’ai été frappé, dernièrement, par la démission du ministre Hulot, en France, qui se trouvait dans l’incapacité de changer les choses au gouvernement. Ce qui peut changer les choses, je pense, c’est l’action de chacun, parce que cette action a une portée collective. Et les livres sont le plus court chemin qui mène l’individu au citoyen. C’est à travers le livre qu’on apprend à comprendre le monde, à s’insérer dans la conversation démocratique, à devenir un citoyen. Ces choses-là ont toujours été importantes, mais il me semble que de nos jours, elles ont une importance toute particulière face aux crises que traverse le monde dans lequel nous vivons. »

Auteurs à l'honneur

C’est une coutume, et elle revient cette année encore : chaque journée aura son auteur à l’honneur. Jeudi, c’est l’illustrateur Guillaume Perreault, qui a notamment signé les images de Mammouth Rock (prix jeunesse des Libraires du Québec en 2018), qui sera salué. Le lendemain, ce sera au tour de l’auteure sherbrookoise Véronique Drouin, qui a l’an dernier remporté le prix du Gouverneur général du Canada pour son roman L’importance de Mathilde Poisson. Samedi et dimanche, la poète estrienne Hélène Dorion ainsi que l’écrivaine et comédienne Erika Soucy seront à leur tour mises en lumière. Enfin, l’ingénieure et blogueuse parisienne Emma, dont la BD sur la charge mentale a connu un franc succès sur les réseaux sociaux, sera aussi présente (et honorée) pendant toute la durée du rendez-vous littéraire d’octobre.

Celui-ci s’arrime autour du grand thème J’aime mon salon. Un thème qui allait de soi pour la directrice générale de l’événement, Émilie Pinard.

« Parce que si le Salon existe toujours aujourd’hui, c’est que depuis tout ce temps, les lecteurs sont au rendez-vous, les auteurs et les maisons d’édition aussi », souligne celle qui tient les rênes de l’événement depuis trois ans. Avec la complicité de Marie-Ève Cardin, responsable des communications et de la programmation, elle tente chaque fois de penser en dehors de la boîte.

« On a beaucoup misé sur l’expérience pour cette mouture », note Mme Pinard.

Thé littéraire, soirée d’accords bière-littérature, tables rondes sur différents enjeux tels que la légalisation du cannabis et le mouvement #MoiAussi, ateliers d’écriture, soirée jeunesse et expérimentation de réalité virtuelle avec BD3D sont quelques-unes des originales activités proposées.

« Les rencontres d’auteurs, les séances de dédicaces, les entrevues : tout ce qui se déploie habituellement dans un Salon du livre conserve évidemment sa pertinence, mais on a aussi le souci d’amener le livre là où on ne le retrouve pas habituellement », précise Mme Pinard. 

Pour une deuxième édition, le Salon aura donc, aussi, des antennes dans différents lieux de la ville grâce à la Virée littéraire au Centro. Cabaret Littérature et autres niaiseries à La Petite Boîte noire, concert littéraire de Tristan Malavoy au Boquébière, atelier d’écriture au spa Algua-Sulis, discussion « cinématolittéraire » avec Patrick Senécal et Éric Tessier à la Maison du cinéma et spectacle-rencontre avec Clémence DesRochers au Musée des beaux-arts de Sherbrooke sont notamment au menu. 

En vitrine

Parmi les nombreux écrivains qui seront présents pendant l’événement, mentionnons Stéphanie Boulay, Lynda Dion, Étienne Beaulieu, Tristan Demers, Joséphine Bacon, Philippe Béha, Bryan Perro, Marcel Sabourin, Hugues Corriveau, Yvon Rivard, Sonia Sarfati, Pascale Wilhelmy, Andrée Poulin, Hervé Gagnon. Les auteures de la série Yamaska Anne Boyer et Dominique Drouin passeront aussi avec les comédiennes Chantal Fontaine, Élyse Guilbault et Anne-Marie Cadieux.  

C’est nouveau cette année : le Salon du livre braque ses projecteurs sur une maison d’édition, Mémoire d’encrier, fondée par Rodney Saint-Éloi il y a 15 ans maintenant.

Autre nouveauté, un bar bistro sera aménagé au Centre de Foires et un passeport « Salon à volonté » donnant accès à la plupart des activités de la Virée littéraire au Centro et aux quatre jours du Salon sera disponible au coût de 60 $. Enfin, une exposition formée avec les affiches de toutes les précédentes éditions de l’événement se déploiera sur les murs. 

Ça vous intéresse?

Salon du livre de l’Estrie

Centre de Foires de Sherbrooke

Du 11 au 14 octobre 2018

salondulivredelestrie.com