Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La distribution du <em>Guide de la famille parfaite</em>.
La distribution du <em>Guide de la famille parfaite</em>.

Le guide de la famille parfaite: Le prix de l’excellence *** [VIDÉO]

Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Après avoir posé son regard incisif sur les relations de couple et la surconsommation avec Le mirage, voilà que Louis Morissette expose la pression que certains parents imposent à leur enfant afin qu’il devienne, en quelque sorte, un trophée. La «surparentalité» traverse largement la limite de ce qui est sain d’exiger des rejetons qui se retrouvent étouffés, anxieux et privés de leur privilège de choisir leur propre chemin dans la vie.

Morissette tient le rôle principal du père de Rose (Émilie Bierre), sa «championne», qu’il pousse sur le chemin de l’excellence autant dans son parcours académique que dans ses activités parascolaires. Croulant sous ces attentes irréalistes et asphyxiantes, elle en viendra à prendre des moyens frauduleux pour satisfaire son insatiable paternel qui souhaite, au fond, estomper son propre sentiment de médiocrité avec les succès de sa fille.

C’est alors que tout partira en vrille dans un gouffre prévisible, mais plus profond qu’on pourrait l’anticiper, et ce, malgré les tentatives du paternel de recoller les morceaux.

Le Guide de la famille parfaite traite d’un sujet plutôt sombre mais avec des touches d’humour fort sympathiques grâce notamment au personnage de Gilles Renaud, le grand-père, qui est complètement dépassé par la réalité des familles d’aujourd’hui. Il y a aussi la nouvelle conjointe et belle-mère de Rose (Catherine Chabot) qui trouve sur internet des solutions (souvent douteuses) à ses dilemmes parentaux. Évidemment, sa recherche de réponses lui fait découvrir des problèmes qu’elle ne soupçonnait pas.

La charge dramatique de l’histoire est habilement soutenue par la talentueuse Émilie Bierre dont on aurait aimé voir l’attachant personnage un peu plus approfondi dans le scénario. C’est d’ailleurs un petit côté crève-cœur du film, en choisissant le point de vue du père, beaucoup de personnages très intéressants ne sont présentés qu’en surface. On aurait facilement pu faire une série en plusieurs épisodes, ou plusieurs films, et on n’aurait pas manqué de matériel.

La réalisation de Ricardo Trogi fait dans la simplicité. Un choix judicieux qui permet de maintenir l’équilibre entre le côté émotif et le côté humoristique. Fidèle à son habitude, il fait preuve d’une grande finesse dans l’évocation et dans la création d’ambiances qui installent l’émotion avec douceur et doigté.

Ce n’est pas un film avec une légèreté visant simplement à divertir. Bien sûr que Le guide de la famille parfaite divertit, mais il fait aussi réfléchir. Une recette qui avait très bien fonctionné avec Le mirage et qui est de bon augure pour ce petit dernier.

Au générique

***

Titre: Le guide de la famille parfaite

Réalisateur: Ricardo Trogi

Genre: Comédie

Acteurs: Louis Morissette, Émilie Bierre, Catherine Chabot

Durée: 1h41