Lysanne Gallant et Anne Dansereau

Le goût de l'eau et la soif des mots

Anne Dansereau et Lysanne Gallant ont encore et toujours le goût de l'eau. Depuis (et malgré) la débâcle de 2009 où le travail d'une année d'écriture avait été jeté par-dessus bord et remplacé par un étrange Omaterra de deux courtes saisons, cette envie de dire l'eau dans la mémoire, l'amour et l'espoir tourbillonne encore autant dans le coeur, les mots et la parole des deux poétesses estriennes.
« Ç'aurait été trop dommage que les gens n'entendent jamais ces mots d'Anne qui sont tout simplement magnifiques. Anne n'est pas qu'une grande raconteuse, c'est aussi une auteure de très beaux textes », lance Lysanne Gallant, sans pour autant replonger plus longuement dans le tumulte de ce spectacle de l'eau avorté.
La page est tournée, la vie a repris son cours et Anne Dansereau et Lysanne Gallant se sont plongées dans un univers plus poétique que jamais depuis que les traces et les souvenances se sont un brin évaporées du paysage sherbrookois au cours des dernières années.
Terre-Océan, dits de terroir et d'eau, troisième spectacle littéraire du tandem après Les poétesses des Cantons-de-l'Est et Anne Hébert, sera ainsi présenté en grande première le dimanche 19 février au Parvis, dans le cadre des brunchs littéraires de l'Association des auteures et auteurs de l'Estrie.
Il y a bien une part de nervosité et de trac dans l'air, mais avant tout un plaisir évident de partager sobrement des univers chargés de sens et de poésie. Non, pas de poésie, rectifie Anne Dansereau, mais d'un univers poétique qui nous absorbe tout entier.
« J'ai toujours été inspirée par les éléments, mais tout particulièrement par l'eau », confie d'ailleurs Anne Dansereau, qui propose sur scène une dizaine de ses écrits, certains datant de la préparation du Spectacle de l'Eau, d'autres qui sont venus s'y greffer ensuite, et auxquels viennent s'intégrer des textes de Michel Garneau, Suzanne Jacob, Nérée Beauchemin, Gatien Lapointe et Gilles Vigneault, de même que des musiques de Marc Larochelle et Joël Landry. N'oublions pas non plus les projections visuelles de Chantal Gagnon.
« Il y a beaucoup à dire sur l'eau, poursuit Dansereau. Que l'on parle de l'eau comme source de vie ou de l'eau porteuse qui permet les migrations, elle est au coeur de nos vies, elle est partout et en nous. »
Aussi Lysanne Gallant a-t-elle proposé à sa complice de scène de s'y plonger pour cette troisième aventure de mise en lecture qui s'amorce alors que se déploient encore les mots d'Anne Hébert lancés il y a un an.
« La formule est appréciée. Il y a une sobriété dans la mise en lecture qui est très agréable, parce que ça nous permet de mettre l'accent sur les mots, d'aller là où ils nous portent. Nous étions rendues là. C'est ce dont nous avions envie », note Lysanne Gallant.
Vous voulez y aller ?
Terre-Océan, dits de terroir et d'eau
Dimanche 19 février, 11 h
Le Parvis, Sherbrooke
Entrée : 20 $