Le Festival d'été de Québec déménage sa deuxième scène [VIDÉO]

Les projecteurs s’éteignent sur le Pigeonnier après 37 années de bons et loyaux services. Sa voisine de rue, la place George-V, deviendra dès cet été la seconde plus grande scène du Festival d’été de Québec. Le nouveau site permettra d’accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs plutôt que les 10 000 actuels.

Ce n’est pas d’hier que le FEQ cherche un site plus vaste, confronté à la popularité grandissante des spectacles présentés au parc de la Francophonie Pigeonnier). Au fil des ans, la qualité de la programmation attirait de plus en plus de monde, trop même pour la capacité du site.

«On était allé chercher de l’espace sur la rue Jacques-Parizeau en 2016. Ça a fait passer la capacité du site de 6000 à 10 000 personnes. Même ça, ce n’est plus suffisant, explique le directeur de production, Patrick Martin. Ça devenait aussi difficile à gérer parce qu’il faut fermer la rue à la circulation. Il faut attendre à la dernière minute parce que c’est un secteur achalandé avec la présence des édifices gouvernementaux. De plus, c’était so-so au niveau du confort et il faut installer des écrans dans la rue», ajoute-t-il.

À titre d’exemple, le site a affiché complet momentanément à six reprises l’an passé, lors des spectacles de Jethro Tull, Jane Birkin, Charlotte Cardin, America et Air Supply, 2Frères et SUM 41. Plusieurs festivaliers se sont donc vu refuser l’accès au périmètre de spectacle.

Le FEQ n’a pas eu besoin de porter son regard bien loin pour trouver une solution de rechange. «Ça fait longtemps qu’on regarde la place George-V, confirme M. Martin. Le feu du Manège militaire en 2008 a freiné notre élan.»

Comme le Carnaval et le Jour de l’an à Québec, le FEQ deviendra donc locataire de la place George-V. Non seulement le nouveau site de la Scène Loto-Québec lui permettra d’accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs, M. Martin garantit un plus grand confort et une qualité sonore optimale.

«Le système de son va être mieux couvert, c’est assuré. Nous nous sommes également assurés qu’il n’y aura pas de confrontation sonore entre cette scène et celle des plaines d’Abraham. Sur  les plaines, le son est orienté vers le sud-est alors que celui de la place George-V est dirigé vers le nord», précise le directeur.

La place George-V, aujourd’hui revampée, aura le Manège militaire comme toile de fond. Le FEQ bonifiera la structure scénique avec l’ajout d’un écran de chaque côté. Les quelque 5000 pieds supplémentaires disponibles permettent aussi d’améliorer le service de bar et les toilettes, et la zone réservée aux personnes à mobilité réduite.

Sans évoquer aucun nom puisque la programmation 2019 du FEQ n’est pas encore dévoilée, M. Martin est soulagé de changer de site en prévision des spectacles qui y seront annoncés. «C’est sûr qu’on aurait eu des problèmes de capacité avec le Pigeonnier.» 

Toujours dans les plans

Le FEQ n’abandonne pas pour autant le parc de la Francophonie. L’espace servira encore à l’organisation, mais à d’autres fins que la présentation de spectacles… du moins pour cet été.

«On va installer du mobilier urbain et la billetterie. On va créer de l’animation», signale-t-il, sachant que la population de Québec était très attachée à cette agora naturelle, malgré ses défauts.

À moyen terme, le Festival pourrait présenter des spectacles de moindre envergure au Pigeonnier, mais jamais simultanément à ceux de la place Georges-V. Il pourrait s’agir, par exemple, de spectacles en après-midi. 

Si ce souhait se réalisait, le FEQ porterait son nombre de sites de spectacles à cinq avec sa scène principale sur les plaines d’Abraham, la place George-V, le coeur du FEQ au parc de l’Esplanade et la place D’Youville.