Paru vendredi, Regarde autour, le treizième album de Bruno Pelletier, fera l'objet d'un lancement au Renaud-Bray de Drummondville le jeudi 22 septembre. Le chanteur devrait y interpréter quelques nouvelles chansons.

L'album imprévu de Bruno Pelletier

Regarde autour, le 13e album de Bruno Pelletier en 24 ans de carrière, est attribuable à un heureux concours de circonstances. À la fois satisfait et exténué par la tournée du spectacle Musique & cinéma avec Guy Saint-Onge (ils sont allés juqu'en Russie, en France et en Corée du Sud), le chanteur de 54 ans voulait s'offrir une pause d'une année ou deux, afin de profiter de la vie et de se ressourcer. Il n'avait toutefois pas prévu l'appel de son ami Nelson Minville lui demandant de contribuer à une chanson pour la semaine de prévention du suicide.
« C'est un thème un peu difficile et je n'ai jamais accepté de m'y prêter, parce que je trouvais ça trop lourd. Regarde autour se démarque toutefois des autres. Cette chanson véhicule un message plus lumineux, porteur d'espoir. Je l'ai chantée, ça s'est super bien passé, et la vibe était tellement bonne que j'ai décidé d'en faire un album », raconte l'artiste originaire de la région de Québec.
Bruno Pelletier a alors dépoussiéré quelques ébauches de chansons et a mis à contribution certains partenaires, dont le guitariste et compositeur Martin Bachand et l'auteur Alain Labonté, pour faire
jaillir les premières notes de son nouvel opus. Comme Martin Bachand était en tournée européenne avec Véronic Dicaire, les deux hommes ont travaillé à distance pendant plusieurs mois avant d'entrer en studio le printemps dernier.
« Merci à la technologie! On a pu travailler ensemble comme si on était dans la même pièce et il y avait pourtant 6000 km qui nous séparaient », rigole-t-il.
Avec Alain Labonté, Bruno Pelletier voulait souligner une collaboration qui remonte à une vingtaine d'années. Le L'Avenirois d'origine a écrit et coécrit trois pièces du nouvel album : Ces jours-là, Je t'écris et Berce-moi, pour laquelle Kim Thúy a également collaboré.
« Ça a été un véritable work in progress à trois sans jamais se rencontrer. Nous n'avions pas de code dans notre façon de faire. Le résultat est vraiment bien. »
« Alain est un ami de longue date, un superbe écrivain qui est capable de faire autant de la littérature que de la chanson. Il s'en est écoulé, du temps, depuis qu'il a écrit Ma vie, en 1996, notre première collaboration. Je la fais encore en spectacle parfois. »
Une bouteille à la mer
Bruno Pelletier perçoit ce nouvel album, une oeuvre d'une douzaine de titres qu'il a voulue à la fois rythmée et lumineuse, comme une bouteille qu'il jette à la mer. Il a considérablement changé son style musical, optant pour des chansons plus pop, désireux de livrer un message optimiste.
« C'est un selfie sur un moment de ma vie. Je traite de thématiques assez sérieuses, mais sur un ton positif. J'espère faire sourire et je pense qu'on en a tous besoin. Il y a beaucoup de choses qui se passent et qui nous rentrent dedans. Parfois, lorsque je lis La Presse, je dois prendre une pause, ça m'affecte beaucoup », déplore-t-il.
« Maintenant, je n'ai aucune idée de la manière dont mon album sera reçu. À un moment donné, comme artiste, tu dois t'en remettre à la vie. On verra ce que ça donnera. »
Force est d'admettre que la pause qu'il comptait s'accorder est remise à plus tard. Il ne sait pas s'il la prendra au terme de la tournée de promotion, qui devrait s'étendre sur d'autres continents, ou alors... une fois l'heure de la retraite sonnée.
« C'est certain qu'il faut vendre son oeuvre et j'ai acquis une expérience pour le faire au fil des ans, mais je n'ai pas de plan de carrière. Tant que j'aurai la santé, je vais prendre ça comme ça vient. C'est le plus beau cadeau qu'on peut avoir. Cet album-là, j'ai eu beaucoup de plaisir à le faire et je veux que ce soit toujours comme ça », souhaite-t-il.
Vous voulez y aller
Lancement de l'album Regarde autour et séance d'autographes
Jeudi 22 septembre, 17 h
Renaud-Bray de Drummondville
Regarde autour
Bruno Pelletier
Samedi 21 janvier, 20 h
Maison des arts de Drummondville
Entrée : 48 $
Vendredi 17 février, 20 h 30
Carré 150, Victoriaville
Entrée : 47 $
Jeudi 16 mars, 20 h
Salle Maurice-O'Bready, Sherbrooke
Entrée : 45 $