La BD reportage « Lac-Mégantic : la dernière nuit » est disponible gratuitement sur la plateforme de Radio-Canada en format numérique.
La BD reportage « Lac-Mégantic : la dernière nuit » est disponible gratuitement sur la plateforme de Radio-Canada en format numérique.

« Lac-Mégantic : la dernière nuit », une BD pour ne pas oublier

Presque sept ans après la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, Radio-Canada Estrie lance une BD reportage afin « que l’on n’oublie jamais le drame humain derrière l’accident » survenu dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013.

Le ton est lancé dès la première image aux teintes de bleu qui présente le paisible centre-ville de Lac-Mégantic quelques heures avant le tragique événement.

« Le 6 juillet 2013, aux petites heures du matin, un train laissé sans surveillance sur une voie ferrée au Québec part à la dérive. Le lourd convoi de 72 wagons de pétrole brut termine sa course folle en plein centre-ville de Lac-Mégantic, faisant 47 victimes. Récit de cette dernière nuit qui a marqué les gens de Lac-Mégantic à jamais. »

Marie-Hélène Rousseau, journaliste présente le soir du drame et faisant partie de l'équipe de création, explique que « sous le regard de trois protagonistes, l’objectif à travers l’histoire est de retracer les dernières heures avant la tragédie pour que l’on comprenne réellement ce qui s’est passé ».

Sa collègue Marie Eve Lacas ajoute que la façon de présenter visuellement les faits a été choisie avec une grande délicatesse.

« On a dessiné les choses pour que ce soit doux, pour que ce soit touchant et à la hauteur de l’histoire elle-même, sans pour autant tomber dans le sensationnalisme. C’était une préoccupation pour nous », confie celle qui a joué le rôle de journaliste-illustratrice auprès de la bédéiste, Myriam Roy.

« Pour se rappeler »

Lorsqu’elles ont entamé le projet il y a deux ans, les journalistes se sont vite aperçues en entrevues que les souvenirs de cette soirée-là commençaient à s’étirer.

« Les gens oubliaient des détails, des portions de cette tragédie-là. Peut-être par moyen de se protéger? On ne sait pas... On s’est aperçu qu’il était difficile de raconter sans rien oublier », mentionne Isabelle Rodrigue, rédactrice en chef de la BD.

Au début du processus, Marie-Hélène avoue s’être parfois demandé si la BD était le bon moyen pour repartager chronologiquement les faits. C’est en allant sur le terrain qu’elle a compris finalement l’importance de le faire.

« On sait ce qui va se passer, on sait qu’il va y avoir des victimes. [...] Il y a des gens qui ne voudront pas la voir, qui ne sont pas rendu là dans leur processus de deuil et c’est tout à fait correct, mais je crois que ça peut être une belle occasion pour plein de gens de revenir sur ce qui s’est passé ».

L’équipe de création révèle avoir dévoilé quelques images aux personnes qui ont partagé leurs histoires. Elle se demande encore comment le projet sera reçu à plus grande échelle, mais précise que de bons commentaires ont été faits.

« Vous avez fait un devoir de mémoire essentiel où des gens prennent enfin la place de héros dans l’histoire », a d’ailleurs confié une personne concernée de près par l’événement.

À travers les années, selon Mme Rodrigue, « on a résumé la tragédie à un centre-ville dévasté et aux 47 victimes. On a oublié les noms derrière les victimes. On voulait redonner un visage humain à la tragédie parce que ces pertes-là, elles demeurent encore aujourd’hui à Lac-Mégantic ».

« Lac-Mégantic : la dernière nuit » : Radio-Canada.ca/megantic