Krystel Mongeau

La voix : Krystel Mongeau part, Rebecka Lussier reste

C'était dimanche soir la dernière ronde de duels de l'émission La voix et la région a perdu une candidate dans le ring de la compétition vocale. Krystel Mongeau, de Saint-Malo, s'est en effet inclinée devant Leah West, avec qui elle a interprété la jolie Si jamais j'oublie, de Zaz.

Même si Alex Nevsky et Garou donnaient leur préférence à l’Estrienne de 21 ans, dont ils ont salué l’aplomb et la solidité vocale, sa coach Lara Fabian a, elle, plutôt opté pour le timbre de voix unique de la candidate de Colombie-Britannique. Elle a néanmoins salué le grand talent de Krystel Mongeau : « Tu maîtrises cet univers, tu donnes l’impression que c’est facile et ça c’est une grande, grande force, c’est la force de quelqu’un qui peut déjà aller très loin », a-t-elle mentionné à celle qui a brillé dans le spectacle Cowboys : De Willie à Dolly, présenté sur les planches de la Place Nikitotek par Québec Issime, de 2014 à 2017.

Déçue, Krystel Mongeau gardera néanmoins un excellent souvenir de cette aventure unique, même pour une chanteuse aguerrie comme elle.  

« C’est sûr et certain que j’ai ressenti une certaine déception. N’importe quel candidat dans l’aventure veut se rendre le plus loin possible, mais à un moment donné, on se dit qu’on ne peut rien faire de plus que d’apprécier jusqu’où on s’est rendu. Juste d’avoir traversé les auditions à l’aveugle, c’est déjà un gros pas personnel et professionnel », affirme-t-elle d’emblée.

Idoles de jeunesse


La jeune femme se réjouit également d’avoir eu la chance de travailler avec une de ses idoles d’enfance dans le cadre de l’émission à succès, ce qui a rendu son expérience encore plus spéciale. « Que ce soit Lara qui m’ait recrutée, je l’écoutais quand j’étais jeune et ça a toujours été une icône dans le monde musical, c’était vraiment spécial. J’ai découvert une Lara Fabian drôle, sympathique, mais très vraie dans ce qu’elle dit aussi. Je n’ai senti à aucun moment qu’elle agissait différemment à cause de la présence des caméras, elle veut qu’on se sente bien et fait tout son possible pour faciliter notre réussite. »

Cette coach a su stimuler la chanteuse à se surpasser et à travailler sur sa technique. « Elle s’attardait beaucoup sur les petits détails et ça m’a rejoint beaucoup, à cause de ma tendance à travailler de manière très technique. J’aime me surpasser et elle m’a permis de le faire en portant une attention particulière aux détails. »

La mentor de Lara Fabian était Laurence Jalbert, avec qui Krystel Mongeau a eu un très bon contact en raison de leur proximité de style. « Dans le domaine musical, je suis vraiment du style country. J’ai chanté les chansons de Laurence tellement souvent quand j’étais jeune, avec mon père à la guitare. J’ai eu des frissons quand on a eu l’annonce qu’elle serait la mentor de Lara, j’étais si content que ce soit elle. Je l’ai trouvée très authentique et humaine. Ce sont des stars, mais au fond, ce sont des êtres humains après tout. »

Chanter devant tout le Québec

Krystel Mongeau a su utiliser à son avantage la pression générée par le contexte de l’émission, qui est regardée par 1,5 million de téléspectateurs hebdomadairement et quatre juges aux parcours imposants. « Dans la vie de tous les jours, quand tu fais un spectacle, il y a toujours quelqu’un qui te présente à la foule. Lors d’une audition à l’aveugle, c’est vraiment différent. C’est le silence sur scène et tu dois te lancer, faire quelque chose de beau. Lors des duels, l’énergie est différente : on est attendu, je voyais ma famille dans le public, on voit la foule qui nous applaudit. J’aime le feeling du public et sentir leurs encouragements, ça me pousse à donner mon meilleur. Sur le moment, tu oublies que c’est télévisé et tu te laisses porter, même si des tonnes de personnes regardent à la maison et quatre juges, quatre mentors de renoms t’observent de près », explique-t-elle.

Starmania

La jeune chanteuse de St-Malo n’aura pas le temps de chômer après cette aventure à La voix. Un été particulièrement chargé l’attend, elle qui détient un des rôles principaux de la comédie musicale Starmania qui s’amène à la Place Nikitotek de Sherbrooke cet été. « J’ai la chance de jouer le rôle de Crystal. C’est vraiment amusant parce que je n’ai jamais fait de comédie musicale ou des choses comme ça, où je devais interpréter un rôle en plus de chanter. Ça va me donner une belle opportunité pour me dépasser encore plus. J’ai travaillé avec l’équipe de Québec Issime sur Cowboys : De Willie à Dolly l’année passée et il y a un très bel esprit de famille. Je sais que ça va se reproduire sur Starmania même si l’équipe a quelque peu changé. »

Entretemps, Krystel Mongeau va profiter de ses rares temps libres pour monter un spectacle bien à elle que le public devrait avoir la chance de voir dans les prochaines années. « Je me concentre beaucoup sur Starmania cet été, tout en développant mon plan personnel en tant que chanteuse », conclut-elle à propos de ses plans pour l’avenir.

Rebecka Lussier

Membre de la formation de musique traditionnelle Les Bellifontains, l’Estrienne Rebecka Lussier a quant à elle remporté son duel contre la Gaspésienne Valérie Arsenault dimanche soir à La voix. Les deux interprètes ont livré une version féminine de Calvaire, succès bien connu de La Chicane. « Tu as monté de belles harmonies qui ont soudé le numéro, tu as apporté un côté théâtral sans trop en mettre. Pour ces raisons-là, je vais continuer avec toi », a mentionné le coach Éric Lapointe à la candidate de Fontainebleau. Dimanche prochain, le rendez-vous dominical de TVA passe à l’étape des Chants de bataille. L’étudiante à l’Université Bishop’s de Lennoxville, Chadia Kikondjo, « volée » par Alex Nevsky après la première étape du duel, est l’autre Estrienne qui, avec Rebecka Lussier, est aussi toujours dans la course.